Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Solaire : ils viennent au secours des propriétaires de panneaux photovoltaïques

RÉGION LIÉGEOISE – PHOTOVOLTAÏQUE

Suite aux faillites du secteur 

ATI, une société de La Minerie à Thimister, fondée par le rémersdaelois Jean-Marie Ernst, se lance dans le service après vente innovant. Elle offre l’assurance aux propriétaires de panneaux photovoltaïques de ne rien payer ou presque, en cas de pépin. Même s’ils sont orphelins de l’entreprise qui les a placés...

Entre 20.000 et 24.000 propriétaires d’installations photovol- taïques wallonnes ne sont plus en mesure d’avoir recours aux services de l’entreprise qui les a placées, selon la Confédération de la construction. Ceci, sur- tout à la suite d’une série de faillites dans le secteur, dont celle de Home Vision aux Ple- nesses. Ça pose un gros problème en cas de panne, de perte de rendement ou quand il faut remplacer des pièces dé- fectueuses.

UNE « ROUE DE SECOURS »

Faut-il pour autant se résoudre à faire le deuil de son jus vert ? Non, répond une entreprise de La Minerie (Thimister), qui se lance dans « la roue de secours » pour tout propriétaire de pan- neaux, explique André Habran, responsable du secteur énergies renouvelables chez ATI. Pour lui, avec ce nouveau service, le client sera « à l’abri de toute mauvaise surprise. »

Pour ce faire, ATI, en collaboration avec ABB Group, un équipementier helvético-suédois, et l’assureur Ethias, propose d’envoyer au client ses techniciens pour réparer et remplacer des pièces de toutes marques, quand c’est possible.

Ceci pour une redevance annuelle de l’ordre de 200 euros pour une installation de
taille moyenne. Un chiffre à définir après visite d’un technicien d’ATI. Ensuite, selon André Habran, le client pourrait dormir sur ses deux oreilles, car ATI garantit un taux annuel de disponibilité de courant de 95 % au moins.

En souscrivant au système, on bénéficie aussi d’une garantie sur les panneaux et/ou l’onduleur, après la fin de la garantie légale du placeur. En cas de problème sérieux empêchant un remplacement, une com- pensation pourrait être accordée. Petit bémol : en cas de réparation dont le coût dépasserait cinq fois la redevance annuelle, l’assuré devrait payer une franchise de 250 euros.

Capture-d’écran-2014-05-20-à-08.57.13.jpg

 

André Habran (ATI) et José Baguette, un client ravi. 

Ce système reçoit l’appui de Michel Scheppens, vice-président de « Touche pas à mes certificats verts ». Quant à José Baguette, patron d’une PME active dans la construction métal- lique à Aubin-Neufchâteau (Dal- hem) où le nouveau service d’ATI a été présenté à la presse, il se félicite de services d’ATI, qui assure le bon fonctionnement des quatre suiveurs qui fournissent les trois quarts de l’électricité nécessaire à sa firme.

ATI emploie 56 personnes, pour 8 millions de chiffre d’affaires. Elle est active dans l’automation liée notamment à l’agriculture et les armoires électriques, mais aussi, depuis 2008, dans le photovoltaïque, avec 250 installations de panneaux à son actif. Elle a des chantiers au Brésil, en Corée, en Chine... et a fourni des équipements pour le plus grand télescope du monde, au Chili. Pour ce nouveau service, ATI a déjà engagé un commercial. Trois ou quatre autres pourraient s’y ajouter d’ici fin 2014. Et des techniciens seront appelés à travailler sur site...

Un article d'YVES BASTIN (LA MEUSE du 20 mai 2014)

Les commentaires sont fermés.