Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La Belgique s'inquiète des projets d'exploitation de gaz de schiste aux Pays-Bas et les Fourons s'y opposent.

gaz.jpg

La Hollande a déjà autorisé deux lieux de forages exploratoires pour du gaz de schiste. Maintenant une grande enquête est en cours (jusqu'au 9 juillet 2014) pour éventuellement passer à une phase suivante.

Les zones où cette exploitation pourrait être envisagée longent la frontière entre les deux Limbourgs et notre commune des Fourons est donc également concernée. 

L’exploitation de cette ressource a connu une explosion durant la dernière décennie aux Etats-Unis, bouleversant la carte énergétique de la planète.

Alors qu’en 2009, les réserves gazières étaient évaluées à 60 ans de consommation, on les estime désormais quatre fois plus importantes grâce à l’évolution des technologies d’extraction des gaz, tant « conventionnels » que « non conventionnels », mais cette exploitation est également très dangereuse pour les nappes phréatiques.

Le gaz de schiste est un gaz naturel contenu dans des roches marneuses ou argileuses riches en matières organiques, roches qui peuvent avoir une structure litée de schiste. Contrairement au gaz naturel conventionnel qui est retenu dans une roche perméable permettant une exploitation facile, le gaz de schiste est piégé dans les porosités d'une roche rendue imperméable par l'argile qu'elle contient. L'extraction du gaz de schiste, particulièrement difficile, nécessite le recours systématique aux techniques combinées du forage dirigé et de la fracturation hydraulique à grands volumes particulièrement coûteuses. Les roches-réservoir contenant du gaz de schiste peuvent aussi contenir de l'huile de schiste (pétrole), mais dans des proportions beaucoup plus faibles.

Les problèmes environnementaux associés à l'extraction du gaz de schiste, notamment l'utilisation intensive et la pollution des réserves d'eau ainsi que l'émission de gaz à effet de serre, entraînent dans certains pays, y compris aux États-Unis, une défiance de l'opinion publique. Le sujet fait l'objet de controverses très vives qui opposent d'une part ceux qui voient dans la mise en exploitation de cette ressource de gaz non conventionnel un moyen de diminuer les importations énergétiques et d'augmenter les revenus du pays ainsi que les industriels du secteur pétrolier et d'autre part différents mouvements mettant en avant des arguments écologiques. Pour cette raison, dans certains pays comme la France, la recherche et la production du gaz de schiste font l'objet en 2013 d'un moratoire.

Le collège des bourgmestre et échevins des Fourons s'est rallié à l'avis négatif émis par la Députation permanente du Limbourg et y a ajouté un avis complété, également très négatif, par sa commission communale pour l'environnement.

Les commentaires sont fermés.