Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

LE PERMIS UNIQUE AVAIT ÉTÉ ACCORDÉ EN 2009. SIX ANS APRÈS, IL EST ANNULÉ

image.jpg

La centrale aurait dû être installée à Navagne.

Six ans après avoir été délivré par la Région wallonne, le permis unique de la centrale électrique « Turbine-Gaz-Vapeur » (T.G.V.) de Navagne vient d'être annulé par le Conseil d'Etat.

OPPOSITION DES RIVERAINS

Ce méga projet, qui avait pour objectif de produire 900 mégawatts d'électricité, n'a jamais trouvé l'adhésion d'une partie des riverains.

Réunis au sein d'un collectif, ils l'estiment trop grand, trop bruyant et trop polluant.

Et quelques mois après l'obtention du permis, ils avaient donc introduit, un recours au Conseil d'Etat.

Recours en suspension et en annulation.

DE LONGS DEVOIRS NÉCESSAIRES

Vu l'ampleur du projet, de longs devoirs ont dû être effectués et ce n'est donc que près de six ans plus tard que le Conseil d'Etat vient de rendre son arrêt.

Dans celui-ci, le Conseil d'Etat reproche à la Région wallonne de ne pas avoir demandé à EDF-Luminus de fournir, « par le biais de l'étude d'incidence, une analyse même des principales localisations alternatives envisageables » tout en ne motivant pas pourquoi un autre lieu n'existait pas ou n'était pas retenu. Des oublis qui vont notamment à l'encontre du Code de l'Environnement et qui causent donc l'annulation du permis, et qui devraient aussi, plus que probablement, mettre un terme définitif à la centrale TGV de Navagne.

 

AURÉLIE DRION dans «La Meuse Basse-Meuse» du 15 mai 2015

Les commentaires sont fermés.