Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les larmes de Dimitri : un visage à la crise

Ce week-end, comme tous les ans, avait lieu la foire agricole de Battice. Comme chaque année, des mouvements agricoles ont interpellé les politi- ciens présents pour leur exposer les problèmes du secteur. Cette année, le discours tenu par Dimitri, un jeune fils d’agriculteur a ému l’assemblée. Malgré les difficultés, le jeune garçon aimerait reprendre la ferme familiale.

Depuis trois ans déjà, les différents syndicats et mouvements agricoles s’unissent pour interpeller le monde politique lors de la partie académique inaugurale de la foire agricole de Battice. Cette année, leur action a pris le visage de Freddy Debougnoux, éleveur laitier de la région (Olne), et de son jeune fils Dimitri. La saynète maladroitement jouée devant le parterre des offi- ciels a fait mouche par sa sincé- rité et son vécu, surtout lorsque le jeune homme a pu souligner du haut de ses douze ans sa volonté de marcher dans les pas tracés par son père malgré les difficultés du secteur telles que travail à perte, l’impossibilité de se diversifier et de trouver les fi- nancements nécessaires, la crainte des contrôles tatillons, administratifs et sanitaires, ou encore la gêne profonde devant le fournisseur impayé…

Les larmes spontanées du garçon ont bien sûr entraîné celles de son père avant de susciter une belle vague d’émotion au sein de l’assemblée pourtant blasée et presque assoupie par les nombreux discours ayant précédé ce moment ô combien poignant. Pas de doute, cette année le visage de la détresse de tout le secteur agricole wallon a pris le visage de Dimitri, ce courageux Wallon désireux de reprendre un jour la ferme de ses parents mais qui ignore aujourd’hui ce qu’il pourra faire demain vu les nombreux pièges qu’il va devoir éviter…

Capture d’écran 2016-09-05 à 10.45.42.png

Des pièges encore soulignés par les banderoles fixées sur les tracteurs servant d’obstacles an- titerrorisme aux différents accès au site. Bref, cette année encore le cœur n’était pas vraiment à la fête du côté des professionnels et le grand public l’a parfaitement compris.

Les commentaires sont fermés.