Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Devenu policier par hasard, Alain Remue fait son boulot avec énormément de cœur.

MURIEL SPARMONT consacre 2 pages de LA MEUSE du 14 décembre 2018 au célèbre policier Alain Remue de la cellule des personnes disparues. 

Il y raconte notamment son parcours qui est passé par les Fourons (comme beaucoup de gendarmes flamands de son âge): 

  • Il entrera à la gendarmerie de Gand, après ses humanités, en septembre 1978. Il évoluera toujours. Sous-officier d’élite à Bruxelles, il vivra le drame du Heysel, les problèmes communautaires dans les Fourons… Il sera dans les services d’ordre, casque et bouclier à la main sur le terrain. Il travaillera aussi à la BSR de Gand, dans la brigade des stups. Il sera ensuite instructeur à l’école de gendarmerie de Bruxelles. Il retournera à l’école entre 1993 et 1995 pour passer les examens d’officier à la gendarmerie ;
  • En 1996, il a la chance de pouvoir suivre une formation en Virginie, avec des agents du FBI (comme Ronin Cox, le chef de la zone de police des Fourons, qui a fait un stage au FBI cette année);
  • Depuis 23 ans, il a intégré la Cellule des personnes disparues de la police judiciaire fédérale. Il en est le responsable.

Les commentaires sont fermés.