Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Si on ampute 38 % de votre salaire, vous faites quoi ? »

Capture d’écran 2019-02-08 à 08.13.55.pngCe jeudi, le conseil d’administration de Liège Airport s’est réuni et a évoqué la procédure devant le tribunal du travail qu’a introduite son directeur général, Luc Partoune, contre son employeur. Ce dernier lui reproche en effet d’avoir raboté unilatéralement son salaire de 38 %, le faisant passer de 420.000€ à 260.000€ par an.

« Le Conseil a pris acte, a expliqué laconiquement le vice-président José Happart. Et, à l’unanimité, il a désigné un avocat pour suivre le dossier. » On n’en saura pas plus. Mais, en coulisses, certains sont plus loquaces. « Vous feriez quoi, vous, si on vous rabotait votre salaire de 38 % sans vous demander votre avis ? Monsieur Partoune est un citoyen comme un autre et a le droit de se défendre en justice s’il s’estime injustement lésé. » Entre les lignes, on comprend que le Conseil de Liège Airport a été obligé de réduire ce salaire pour respecter le nouveau décret de la Région wallonne, mais qu’il n’en pense pas moins. « On est content du management de Luc Partoune, reprend un autre administrateur. L’aéroport de Liège est en croissance et crée actuellement 1.000 emplois par an. Il n’a pas démérité. Il n’y a aucune rupture de confiance entre lui et nous. Après, ce seront les tribunaux qui trancheront. » La procédure judiciaire peut évidemment prendre des mois, voire des années. D’ici le jugement, frappé éventuellement d’appel, Luc Partoune continuera à percevoir 260.000€ par an.

Que se passera-t-il après et qui paiera le manque à gagner en cas de condamnation ? L’aéroport ou la Région ? Pas de réponse. 

LUC GOCHEL dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 8 février 2019.

Les commentaires sont fermés.