Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le village de Dalhem n’est plus en travaux !

Bonne nouvelle pour les Dalhemois et la mobilité de manière générale en Basse-Meuse. Depuis vendredi, les travaux d’égouttage dans le centre du village de Dalhem, c’est de l’histoire ancienne ! Débuté en 2017, ce vaste chantier a été divisé en différentes phases dont la dernière est donc enfin terminée. « L’objectif de ce chantier était multiple », confie Michel Voncken, l’échevin des Travaux dalhemois. « Il y a évidemment eu d’importants travaux d’égouttage. De fait, une nouvelle station d’épuration a été construite à Dalhem. Le but était donc de poser une nouvelle conduite d’eau et de relier les tuyaux à cette dernière. Mais ce n’est pas tout. En effet, nous en avons profité pour réaliser une nouvelle voirie ainsi que de nouveaux trottoirs ».

UN CHANTIER VOIE DU THIER

Sur le plan visuel, le résultat est très réussi : la différence est marquante avec certaines routes en moins bon état. « Nous souhaitons obtenir un résultat positif de manière globale », reprend celui qui fait partie de l’équipe Maïeur. « Raison pour laquelle nous aimerions poursuivre le travail en direction de Saint-Remy. Le hic, c’est que ce chantier ne figure pas dans le plan d’infrastructures en Wallonie allant de 2019 à 2024. À moins d’une modification de ce dernier dans les prochains mois, nous allons ainsi encore devoir patienter ».

Vous l’aurez compris, le centre de Dalhem n’est plus en travaux. Mais d’autres chantiers pourraient être lancés dans la commune. « Je peux d’ailleurs déjà vous dire que la Voie du Thier sera le théâtre d’un chantier. Ce dernier verra le jour après les vacances scolaires ». La Voie du Thier servait de déviation durant les travaux dans le centre de Dalhem. Il était donc inconcevable d’y prévoir un chantier ces dernières semaines. « Mais une chambre d’eau va devoir y être positionnée », conclut Michel Voncken. 

YANNICK GOEBBELS

Les commentaires sont fermés.