Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Antoinette Spaak décédée à l’âge de 92 ans

Antoinette Spaak à la Fête du Peuple fouronnais en 1980. A sa gauche, le sénateur Jean-Emile Humblet, le syndicaliste Robert Gillon, le bourgmestre Jean Louis Dodémont. A sa droite, le député Henri Mordant et José Happart. On reconnaît aussi le sénateur André Lagasse et le député-bourgmestre Georges Désir.

«Antoinette Spaak vient de nous quitter. DéFI, mais surtout l’histoire politique de notre pays, perdent une très grande dame. Elle incarnait au plus haut point la politique dans le sens noble du terme, entre fermeté des convictions et élégance dans le combat», a déclaré M. De Smet sur Twitter.

Née à Etterbeek en 1928, elle est la fille de Paul-Henri Spaak,elle avait été la première femme présidente d’un parti politique.

Antoinette Spaak était entré entre en politique au sein du FDF à la suite du décès de son père en 1972. Elle était élue parlementaire dès 1974 avant de devenir présidente de son parti en 1977, et ce pendant cinq années.

Elle a formé dans la vie un couple à la fois discret et célèbre avec le vicomte Etienne Davignon, qui fut le jeune chef de cabinet de son père. Malgré une histoire longue de quelques décennies, les deux amants ne se sont jamais mariés.

Elle a marqué les esprits de ceux qui l’ont croisée par une détermination teintée d’élégance, et sa loyauté y compris à l’égard de ses adversaires politiques. Celle-ci s’est muée en amitié à l’égard de certains d’entre eux parmi lesquels l’ex-Premier ministre CVP Wilfried Martens.

Antoinette Spaak a reçu le titre de ministre d’Etat en 1983.

Antoinette Spaak s’est éteinte à l’âge de 92 ans, d’une chute dont elle ne s’est jamais vraiment remise.

Écrire un commentaire

Optionnel