Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Grégory Paisse sera au garage lundi

Les pilotes amateurs belges étaient nombreux à l’époque où les 24 Heures étaient réservées aux voitures de Tourisme ; ils ne sont plus d’une poignée depuis l’arrivée des GT et l’explosion des budgets. Sans oublier qu’une Audi R8 ou une Porsche 911 exige une technique et une condition physique… différentes par rapport à une Renault Clio ou une Opel Astra.Capture d’écran 2020-10-24 à 08.43.39.png

Pourtant, la liste de cette édition comprend encore de grands passionnés ravis d’être de la fête. « C’est au tout dernier moment que ma participation s’est décidée », raconte Grégory Paisse qui en sera à son 4 e départ ce samedi après-midi. « Il y a tout juste une semaine, j’ai été sollicité par l’équipe Sainteloc pour pallier le forfait d’un pilote français sur une Audi R8 LMS. C’est d’ailleurs grâce à mon ami Pierre-Yves Pâque, avec qui j’ai participé à trois éditions de cette course, que je me retrouve dans cette aventure. » Concessionnaire pour le groupe VW à Visé, Grégory Paisse a dû jongler avec ses horaires de travail pour assouvir sa passion. « Jeudi, j’étais au bureau à 7h30 avant de prendre la route de Francorchamps. Ce vendredi, j’ai mis les bouchées doubles au garage pour partir l’esprit serein au circuit ce samedi matin. Et lundi, pas question de prendre congé. Je serai de nouveau au taquet à la concession. »

S’ÉLANCER À LA 56e POSITION

Jeudi soir, à l’heure des qualifications, notre interlocuteur n’a pas été gâté par la météo pour faire connaissance avec son bolide. « C’était la nuit, il tombait des cordes. Je me suis quand même demandé ce que je fichais là. Heureusement, le pilotage d’une Audi R8 LMS est assez facile à cerner et je me suis régalé. » Que la voiture s’élance de la 56e et dernière position sur la grille ne pose aucun problème à ce gentleman-driver. « Lors des trois participations précédentes, sur une Porsche, nous avons franchi l’arrivée. Le drapeau à damier, c’est ma victoire à moi. Je compte bien la savourer dimanche avec mes équipiers. » 

DDR dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 24 octobre 2020

Écrire un commentaire

Optionnel