Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La police met fin à une « rave lockdown party »

Elle rassemblait 50 personnes – des jeunes âgés de 18 à 22 ans – dans la Grotte de CasterCapture d’écran 2020-12-14 à 07.54.50.png

Dimanche matin, la police de la Basse-Meuse est intervenue pour mettre fin à une « rave lockdown party », organisée dans la Grotte de Caster, à Lanaye. Environ 50 jeunes, âgés de 18 à 22 ans, participaient à ce rassemblement parfaitement illégal. Ils ont été verbalisés et la police a saisi le matériel sono ainsi qu’une petite quantité de stupéfiants.

Chaque année, la police de la Basse-Meuse doit intervenir pour mettre fin à des rave-parties sur son territoire. « Environ une ou deux fois par an, plus les tentatives avortées grâce à notre intervention », indique Alain Lambert, chef de corps. Ce dimanche, c’est une rave-party qui avait déjà commencé que les policiers de la BasseMeuse ont dû stopper. Une cinquantaine de jeunes se sont installés vers 3h du matin, dans la nuit de samedi à dimanche donc, dans la Grotte de Caster, un site protégé de la Montagne Saint-Pierre. Vers 4h30, ils ont commencé à mettre de la musique, à danser, et à consommer des stupéfiants.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, les participants à cette rave-party ne provenaient pas de la région liégeoise. « Principalement, il s’agissait de ressortissants hollandais, montois, anversois et limbourgeois. » Les rave-parties sont généralement organisées via les réseaux sociaux. Des organisateurs décident d’un endroit, puis communiquent le lieu de la fête via internet. Aucune règle n’est généralement respectée en matière d’autorisations. Ici, les mesures Covid ont évidemment été largement bafouées.Capture d’écran 2020-12-14 à 07.52.51.png

D'un article d'ALLISON MAZZOCCATO à lire dans LA MEUSE B ASSE-MEUSE du 14 décembre 2020

Écrire un commentaire

Optionnel