Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Deux Monfortains chez nous

Tous les habitants de la commune vendéenne de Saint-Laurent-sur-Sèvre et en particulier les catholiques expriment leur douleur, après le meurtre du père Olivier Maire, lundi 9 août. La mort brutale du supérieur provincial des missionnaires montfortains a mis l’accent sur la vocation d’accueil de cette congrégation fondée en 1705.

Saint-Laurent possède une basilique abritant le tombeau de saint Louis Marie Grignon de Montfort, fondateur d'écoles charitables. En 1996, Jean-Paul II y vint en pèlerinage, honorer l'apôtre de Marie. Les maisons mères des filles de la Sagesse, des pères missionnaires montfortains et des frères de Saint-Gabriel se sont établies près de l'endroit où repose leur fondateur. C'est la famille Montfortaine.

Capture d’écran 2021-08-11 à 17.29.10.pngCette famille Montfortaine a été représentée dans notre région par les frères Jef et Lor (Laurentius) Collijn. Jef a été curé de Rémersdael de 1977 à 1988 et son frère Lor était curé à Holset de 1969 à 1993. Ils étaient le fils du forgeron de Gulpen Willem Collijn et de Maria Margaretha Pleijers. Avant de revenir dans la région comme curés, ils avaient tous les deux été missionnaires. Lors était en Indonésie de 1947 à 1969.

Jef était oblat (s.m.m.). Né le 28 décembre 1914 à Gulpen, il a fait ses promesses à la Congrégation des Monfortains de Meerssen le 8 septembre 1939, ordonné le 19 mars 1945 à Oirschot, curé à Rémersdael en 1977, retraité depuis octobre 1987 à Vaals, décédé le 8 septembre 1992 à Valkenburg-Houthem. Le Foron a relaté le départ du Père Collijn dans son quatrième numéro de 1987.

Le meurtre du Père Olivier Maire nous rappelle le souvenir de ces deux Monfortains, qui, comme le Père Olivier Maire pratiquaient « l’Évangile jusqu’au bout », reconnus pour leur ouverture et leur générosité. 

Les commentaires sont fermés.