Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Echos du conseil communal du 28 octobre 2021

C'est la question de Clotilde Mailleu, annoncée sur ce blog il y a quelques jours, qui a ouvert les débats du conseil communal d'hier soir. 

Alors que Clotilde Mailleu demandait qu'un article soit publié dans le bulletin communal pour promouvoir le bilinguisme qui est profitable à toute la population, le bourgmestre s'est retranché dans la légalisme flamand. La Flandre a en effet construit une législation linguistique propre qui lui permet d'échapper aux équilibres promis lors des négociations successives et même aux règles contenues dans les dispositions légales.

Se vantant d'appliquer correctement la législation linguistique dans la communication de la commune à l'égard des habitants des Fourons, le bourgmestre a déclaré qu'il n'a pas d'autorité sur l'utilisation des langues par les associations, oubliant au passage que La Croix Rouge et FERM, les deux associations citées par l'intervenante, sont concessionnaires d'un service public et à ce titre elles doivent appliquer la loi sur l'emploi des langues en matière administrative.

Conclusion du bourgmestre: "l'appel que vous demandez de publier dans le bulletin communal n'y a pas sa place" (parce que l'ouverture d'esprit ne fait sans doute pas partie du programme de Voerbelangen ?). Réplique de Clotilde : "Dommage de s'en tenir au domaine administratif". 

Très active pendant cette séance, Clotilde Mailleu a encore indisposé la majorité Voerbelangen en posant des questions au moment d'évoquer les modifications budgétaires de la fabrique d'église de Fouron-le-Comte. Elle y a relevé une dépense de 2.300 euros pour les télécommunications, par exemple. Un ligne directe avec le Vatican ou avec Saint-Pierre? Une dépense d'une centaine d'euros pour le précompte immobilier, alors que la fabrique d'église n'a plus aucune propriété, sauf s'il s'agit encore de la salle paroissiale, mais alors il s'agit d'un cadeau de l'administration du cadastre (la salle Furonis paie plus de 1800 € de précompte immobilier). Une salle paroissiale qui ne serait toujours pas propriété communale. Ce n'est donc pas la commune qui comptabilise les recettes des locations, mais aucune recette n'apparaît non plus dans les comptes de la fabrique d'église. Tout ce qu'on a compris de la réponse du bourgmestre (l'échevin responsable des fabriques d'église n'ayant pas droit à la parole), c'est que l'accord triangulaire négocié entre la fabrique d'église, l'évêché et la commune doit être revu avant de passer l'acte notarié.

Et puis, une petite question de la même conseillère concernant l'utilisation imposée de formulaires pour demander la location d'un jeu d'extérieur n'a pas plu non plus. A tel point d'ailleurs que l'on trouve même une mise au point rédigée par le "lider Maximo" local sur Facebook où il confond les différentes sortes de formulaires et où, une fois de plus, il rejette les avis de la Commission permanente de Contrôle linguistique qui ne lui sont pas favorables. 

Pour conclure, soyons fiers de notre région. L'entreprise Marcel Baguette réparera la route de Rémersdael. Elle a remporté ce marché pour environ 30.000 euros hors TVA, alors que le prix demandé par l'entreprise flamande concurrente était de 53.000 euros hors T.V.A.

 

Commentaires

  • Ik vind uw opmerking over de schepen van erediensten een van de flagrante leugens in uw verhaal. Als u goed had gekeken dan had u gezien dat hij aan de burgemeester vroeg om te antwoorden en niet zoals u liegt dat hij niet mocht antwoorden. Typisch Xhonneux. Ik vind trouwens dat dit de zwakste oppositie is die er ooit in de raad zat. Niemand van die ploeg heeft enige kennis van zaken! Dat was anders in de tijd van José Smeets. Mevrouw Mailleux, van wie de overgrootvader als burgemeester in een brief schreef dat zijn gemeente Vlaams was, stelde vragen over zaken die totaal niets met het gemeentelijke te maken hebben. U haalt bijvoorbeeld Ferm aan. Wel mijnhheer Xhonneux, dat is de vroegere Boerinnenbond, een puur private vereniging en dus geen openbare zoals u de mensen probeert wijs te maken met uw leugens. Ik veronderstel dat u mij bedoelt met de lider Maximo. U doet maar. Terwijl ik wel gelijk heb op basis van arresten van de Raad van State en U naar de adviezen (!) van de VCT verwijst. Een Arrest is een verplichting terwijl een advies dat niet is. Wie heeft dan gelijk? Bovendien heb ik totaal niets meer te zeggen op gemeentelijk vlak en met ik zoals elke burger voor een afspraak vragen. Ik heb dus absoluut geen beslissingsrecht zoals u insinueert. U dwaalt geachte heer, net zoals u een van de oorzaken was van de achteruitgang van RAL. U probeerde à la Cravatte te besturen en ook de partij te bevelen. Daarom liepen mensen weg bij RAL.

  • " Bovendien heb ik totaal niets meer te zeggen op gemeentelijk vlak en met ik zoals elke burger voor een afspraak vragen. Ik heb dus absoluut geen beslissingsrecht zoals u insinueert. "

    Bizarre de lire pareille prose quand certains au sein de la majorité prétendent le contraire voire évoquent une dictature larvée à laquelle ils doivent, hélas, se soumettre : j'irais encore plus loin, on est entre Castro et Poutine, dans le cas présent !

  • Lider Maximo! U vergelijkt mij met Fidel Castro, de Cubaanse dictator die zijn bevolking verarmde. Gelukkig weten de Voerenaars wel beter en beseffen ze dat dit onzin is. Ik zou dus ook tot de extreem Linkse groep behoren. Ik verslik mij in mijn koffie door zoveel onzin.

  • "La Croix Rouge et FERM, les deux associations citées par l'intervenante, sont concessionnaires d'un service public et à ce titre elles doivent appliquer la loi sur l'emploi des langues en matière administrative." Si j'ai bien compris la phrase de Monsieur Xhonneux, il n'y a rien qui empêche la Croix Rouge à Fouron-le-Comte de solliciter des dons de sang en français? Je vous raconte un incident que je relate dans mon troisième roman. Mon fils Michael est donneur universel O-. Il a donné son sang partout où il a travaillé - En Belgique, en Tchéquie, en Roumanie, en Italie, en Islande, en Suisse et en Irlande du Nord- Aucune distinction entre Protestants et Catholiques. On fait également appel à lui quand les réserves de sang sont trop basses. Un jour, il s'est présenté à l'école provinciale ä Fouron-le-Comte pour donner du sang. L'employé s'est levé sans dire un mot et est allé parler à quelqu'un d'autre derrière. Mon fils a entendu le mot "franstalige". L'employé n'est pas revenu. Mon fils a attendu et attendu et est finalement parti. Il a donné son sang ailleurs. J'ai supposé qu'il se soit agi d'un employé particulièrement borné et aussi négatif que le groupe sanguin de mon fils. J'ai écrit à La Croix Rouge, à plusieurs niveaux de pouvoir. Je n'ai jamais reçu de réponse. "Donner du sang pour sauver des vies!" Oui, mais pas n'importe où. Chris GRIFFIN

Les commentaires sont fermés.