Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Décès de Manu Bonmariage

Capture d’écran 2021-11-07 à 08.24.39.pngLe réalisateur Manu Bonmariage est décédé samedi à l’âge de 80 ans, a annoncé samedi le fils du défunt. Il était atteint de la maladie d’Alzheimer.

Né le 29 mars 1941 à Chevron (Liège), Manu Bonmariage travaille, après des études à l’Ihecs à Bruxelles, comme cadreur dans le cinéma puis comme cameraman reporter à la RTBF.

Un article à lire dans7DIMANCHE du 7 novembre 2021.

On se rappellera de lui párce qu'il avait réalisé un "On ne nous rendra pas le Congo" consacré aux Fourons il y a une vingtaine d'années. Il avait l'habitude de tellement bien s'infiltrer dans les groupes qu'on oubliait sa présence et il arrivait à faire des montages qui n'étaient pas toujours favorables à ses "amis". On peut le revoir sur AUVIO dans celui qu'il avait consacré aux Fourons.

 

Commentaires

  • Ik herinner mij Manu als een innemend persoon. Aan hem heb ik zelfs heel wat sympathie te danken in Wallonië nadat zijn reportage "La troisième guerre mondiale" uitkwam. Neutraal en dus ook eens mijn kant van de zaak. De titel kwam uit de mond van mijn jongste dochter Saartje die thuis in de keuken zei "dit lijkt wel de derde WO". Hij vond dat de gepaste titel! De Libre Belgique schreef dit over deze neutrale reportage in 2002.

    Ik zeg dus met respect: "au revoir Manu".

    Bonmariage et les Fourons

    Premier réalisateur à s'être frotté à l'exercice: Manu Bonmariage, auteur des `Amants d'assises´ et plus récemment de `Baria et le grand mariage´. Changement de décor et retour aux querelles communautaires belges pour ce nouveau documentaire du réalisateur, qui filme la tourmente à Fourons pendant la période qui précède la nomination de Huub Broers au poste de bourgmestre de la commune.

    A l'heure où il le cueille, en juin 2001, celui-ci fait fonction, tout en faisant face à l'opposition de José Smeets et Nico Droeven, anciens bourgmestres francophones. Et Broers, prêt à tout pour redresser les finances, veut revendre un lot de maisons appartenant à la commune, habitées pour la plupart par des ménages parlant français. Il n'en faut pas plus pour susciter l'ire wallonne et une manifestation qui, pacifique à la base, tournera vite à l'esclandre.
    Manu Bonmariage et sa caméra indiscrète sont présents sur tous les lieux qui comptent dans cette aventure fouronnaise: derrière Broers, derrière les frères Happart, chez le bourgmestre pour saisir ses doutes. Filmé avec une caméra DV, `La troisième guerre mondiale´ compose un portrait fort et, ce qui n'est pas la moindre gageure pour un réalisateur, en tous points objectif, grâce à la multiplicité des points de vue adoptés. Jamais Bonmariage ne prend parti; son documentaire est criant de vérité et d'humanisme.

Les commentaires sont fermés.