Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Economie - Page 16

  • À 24 ans, il devient chocolatier !

    À 24 ans à peine, Didier Smeets vient d’entrer dans le milieu très sélect des chocolatiers. Après avoir été formé chez quelques grands noms du secteur, il vient de lancer sa propre collection de 18 pralines.

    Devenir chocolatier, c’est le rêve que nourrissait Didier Smeets depuis sa plus tendre enfance. Didier.jpgRien d’étonnant donc à ce que cet habitant de Fouron-le-Comte entreprenne des études à l’école d’Hôtellerie de Spa. « À l’époque, je travaillais dans des restaurants, mais l’option chocolaterie me faisait déjà de l’œil », expose l’intéressé. « Je me suis donc lancé dans ce secteur, ce qui m’a permis de réaliser des stages chez quelques pointures : Pierre Ledent, Jean-Philippe Darcis ou encore chez Marc Boils, à Visé ».
    Une fois ses études terminées, le jeune homme s’est, contre toute attente, lancé dans la vente de matériel horeca. « Car se mettre à son compte dans le domaine du chocolat représente un investissement important, sans compter qu’il faut répondre à certaines règles de l’Afsca. En tant que jeune, c’est donc assez difficile. En faisant un autre métier, 
    cela me permettait de mettre de l’argent de côté pour me lancer un peu plus tard ». C’est ainsi qu’il y a six mois, il a pu faire de son rêve une réalité en présentant une première collection de 18 pralines, signées de sa patte.

    Car malgré son jeune âge, Didier Smeets a déjà une réelle personnalité dans le métier. « La plupart des chocolatiers travaillent avec seulement trois sortes de chocolats. Pour ma part, je préfère travailler avec davantage de sortes pour typer le goût, notamment du beurre de cacao en provenance du Pérou, du Brésil ou encore d’Afrique. Mais ma spécialité, c’est surtout de travailler avec des produits fins et locaux. C’est ainsi qu’on trouve dans ma collection actuelle une praline « Cannelle et miel » réalisée à base de crème, de beurre et de miel, produits dans les campagnes fouronnaises ».

    DÉJÀ 1.500 BALLOTINS ÉCOULÉS

    En à peine quelques mois de production et de vente, Didier Smeets a déjà écoulé quelque 1.500 ballotins. « C’est un succès inespéré. Jamais je n’aurais imaginé que ça démarrerait aussi vite. Mes pralines ont été vendues jusqu’au Canada et en Chine ».

    collection.jpgUn succès qui le pousse évidemment à se projeter dans l’avenir. « Mon but n’est pas de me reposer sur mes lauriers. Je veux proposer chaque année une nouvelle collection de pralines en remplacement de la gamme existante, un peu comme cela se fait dans la Haute  Couture. Mon autre objectif est de me lancer dans l’e-commerce car j’ai des demandes de clients un peu partout en Belgique. Et le rêve ultime serait évidemment d’ouvrir ma propre boutique ».

    En attendant que ce rêve se réalise, on peut trouver ses pralines chez Boils à Visé, Becooze à Fouron-le-Comte, Le Coin des Délices à Berneau ou encore Humblet et Fils à Seraing. « Elles sont aussi proposées en dégustation dans certains restaurants, comme chez Côté Bar – Côté Cuisine à Visé ».

    Un article de DAMIEN MALVETTI dans "La Meuse Basse-Meuse" du 30 décembre 2013

     

  • Une ligne électrique au sud de nos communes

    Elle va interconnecter en sous-sol l’Allemagne et la Belgique  

    Liaison.jpg

    Un long chantier va démarrer à la mi-2016 dans le nord de la province de Liège. Gestionnaire du réseau électrique belge, Elia va en effet creuser sur 49 km, entre Eynatten et Lixhe, une nouvelle ligne électrique qu’elle enfouira dans le sol. 14 de nos communes sont concernées par une zone de réservation de 50 mètres de large.

    L’avant-projet de révision du plan de secteur a été approuvé la semaine dernière par le gou- vernement wallon. Un long couloir va être réservé pour accueillir une liaison électrique à haute tension. « Actuellement, le courant électrique qui nous vient d’Allemagne passe soit par les Pays-Bas, soit par la France, explique Axelle Pollet, la porte-parole d’Elia. Ce qui n’est pas idéal en termes de sécurité d’approvisionnement, de coût, mais aussi d’intégration de l’électricité renouvelable qui est prioritaire sur le réseau. Et l’Allemagne en produit justement beaucoup. »

    LA FIN DU CHAÎNON MANQUANT

    Ce projet baptisé ALEGrO va combler le chaînon manquant entre nos deux pays.Elia.jpg
    De son côté, l’Allemagne réali
    sera 50 km à partir d’Aix-la-Chapelle et nous le reste d’Eynatten jusqu’à la grosse station électrique de Lixhe, au nord de Visé. À cet endroit, une station de conversion sera érigée.

    « Sur la grande majorité du trajet, pour éviter les zones habi- tées, reprend Axelle Pollet, nous allons privilégier le long des autoroutes, des chemins de fer ou des voies hydrauliques. Mais il est vrai que, sur 1,77 km, nous devrons traverser des domaines privés. » 

    Il s’agit essentiellement de champs ou de jardins appartenant à des particuliers avec lesquels il faudra négocier. « Ce ne seront pas des expropriations puisque, une fois le câble enfoui dans la terre, ils récupèrent leur terrain. Mais nous leur acquitterons un loyer pour utilisation de leur sous-sol. »

    Et il n’y a, paraît-il, aucun risque de radiation par champs électriques ou magnétiques à travers la terre... « Ce sera du courant continu, explique Chantal Daniel, la bourgmestre de Soumagne. Il est beaucoup moins nocif que le courant alternatif. »

    LA FIN PRÉVUE EN 2019

    Si tout se passe comme prévu au niveau de l’obtention des permis, le véritable démarrage des travaux est prévu pour la mi-2016, pour une durée de deux ans, allant de la construction de la station de conversion à Lixhe au placement des câbles sur l’ensemble du tracé.

    Quant à la mise en service de l’interconnexion, elle est prévue pour début 2019. 

    LUC GOCHEL 

    Lire la suite

  • Donnez-nous notre pain quotidien

    2013-12-10-14.31.50.jpg

    Enfin, il est de nouveau possible d'acheter son pain à Fouron-le-Comte. Un nouveau magasin s'est installé au coin de la rue Haute et de la place de l'église. On y vend du pain et des pâtisseries de la Boulangerie Jeanpierre. On y vend aussi des pralines de Didier Smeets, etc.

    Le magasin est ouvert tous les jours, sauf le mercredi, de 7 à 13 heures et de 14 à 17 heures.

    2013-12-10-14.30.44.jpg


  • Maison en vente publique à Fouron-le-Comte

    Maison.jpg

    Comme d'habitude, le notaire Bram Vuylsteke annonce uniquement en flamand la vente publique d'une maison à Fouron-le-Comte, rue de l'Arbre 12. Cette vente aura lieu le mardi 17 décembre à 14 heures à l'hôtel Blanckthys à Fouron-le-Comte.

  • Luc Hollands (Teuven) lance un appel contre les attaques menées par l’Union Européenne

    D19…20 est une alliance non partisane de citoyens, d’agriculteurs, d’associations et Luc.jpgde syndicats qui luttent contre les politiques d’austérité , le TSCG (traité instaurant l’austérité) et le Traité transatlantique (libre échange Union Européenne-USA).

    Concrètement, nous avons donc décidé d’organiser un meeting le 18/12 rassemblant des intervenants européens et belges émanant d’horizons divers afin de cibler les conséquences des politiques menées par l’Union européenne et d’organiser une ou plusieurs action(s) en vue d’empêcher la tenue du sommet européen du 19 et 20 décembre.

    Face aux logiques néo-libérales destructrices sur le plan social, économique, démocratique, écologique et culturel, résistons et montrons que des alternatives existent !

    Vous verrez sur le site de cette Alliance que notre concitoyen Luc Hollands en est le contact.