Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Environnement - Page 13

  • Cinq éoliennes à proximité des Fourons : le gouvernement flamand est fâché et il le fait savoir

    Le projet d’installation de cinq éoliennes à Dalhem continue à faire jaser. Le gouvernement flamand en a remis une couche avant le conseil politique de ce mardi soir. Et s’il s’agissait simplement d’une guéguerre énergétique ?

    Ce sera à la Région wallonne de trancher et d’accorder ou non un permis éolien. 

    Capture d’écran 2020-08-26 à 11.11.40.pngD’après nos informations, il s’agirait surtout d’une guéguerre énergétique. En effet, Dalhem, avec son éolienne citoyenne, serait la seule gagnante dans cette histoire. La commune bassi-mosane avait d’ailleurs proposé des parts aux Fourons, mais ces derniers auraient refusé.

    De surcroît, nous avons appris que les Fourons auraient également un projet éolien à proximité de l’endroit où Engie-Electrabel souhaite implanter ses machines. Mais ils auraient au moins un an de retard dans leur projet !

    Bref, du côté wallon, certains se demandent si ces critiques à répétition ne sont pas liées à ce projet flamand tenu secret… 

    D'un article de YANNICK GOEBBELS à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 26 août 2020

  • Le gouvernement flamand conteste l'installation d'éoliennes à Warsage

    Le gouvernement flamand a introduit des objections auprès du collège communal de Dalhem à l'installation de cinq éoliennes.

    Celles-ci font partie d'un projet d'un parc éolien de 20MW et se situent à l’est de Berneau et au nord de Warsage, le long de la ligne de chemin de fer et de la frontière communale avec les Fourons, de part et d’autre de la rue de la Gare.

    Les ministres flamands NV-A Matthias Diependaele et Zuhal Demir font remarquer que les engins d'Electrabel se trouvent à quelques mètres de la frontière linguistique et qu'ils n'ont pas été informés du projet par le gouvernement wallon, une obligation contenue dans un accord de coopération, ont-ils indiqué lundi.

    "Le gouvernement wallon a foulé aux pieds cet accord. Normalement, nous aurions dû être tenus informés de ce projet. Les éoliennes seront installées à quelques mètres des Fourons. Cela n'a pas eu lieu. Je suis très déçu par mes collègues wallons", a déploré le ministre du Patrimoine, Matthias Diependaele.

    Plusieurs sites d'intérêt patrimonial se trouvent dans l'environnement immédiat du lieu d'installation. Le projet mettrait également en péril la biodiversité dans la zone.

    "Electrabel reconnaît lui-même que les turbines auront un impact sur des espèces (sensibles), telles que la Pipistrelle commune, la Pipistrelle de Nathusius, la Sérotine commune, la Noctule commune, la Pipistrelle soprane et la Noctule de Leisler", assure la ministre de l'Environnement, Zuhal Demir, qui met aussi en avant le problème posé par l'ombre portée des éoliennes : "En termes d'ombre portée, nous avons observé des dépassements de la valeur limite flamande (8 heures/an) dans certaines maisons de la Région flamande. En poussant le modèle aux valeurs maximales, les valeurs limites sont dépassées chez de nombreux bénéficiaires tant en Flandre qu'en Wallonie"

    Belga / Olivier G sur RTC le 24 août 2020

    Lire la suite

  • Un projet éolien "à fort impact visuel" sur Fouron-le-Comte

    Comme Michel Grétry (RTBF) le révélait en juin, depuis plusieurs mois, deux producteurs d’électricité ont commencé à élaborer des projets d’implantations d’éoliennes sur le territoire dalhemmois, mais les 5 éoliennes projetées se trouvent entre la ligne de chemin de fer et la frontière communale, soit du côté fouronnais. L'éolienne n° 2 (WT2) se trouve même pratiquement à cheval sur la frontière. Le premier projet à arriver à maturité est mené par Engie : il s’agit d’en implanter cinq, sur des terres agricoles, au nord des villages de Berneau et Warsage, le long de la ligne de chemins de fer. Le dossier est soumis à enquête depuis le lundi 22 juin 2020.

    Lieu, date et heure de clôture de l’enquête : Administration communale, rue de Maestricht, 7 - 4607 Berneau, le lundi 24 août 2020 à 10h00

    Les observations écrites peuvent être adressées au Collège communal de DALHEM, rue de Maestricht, 7 - 4607 Berneau

    Le dossier peut être consulté à partir de la date d’ouverture jusqu’à la date de clôture de l’enquête, chaque jour ouvrable, soit les lundis de 8h30 à 12h et les mardis de 13h30 à 20h. Lorsque la consultation a lieu le mardi après 16h, la personne souhaitant consulter le dossier doit prendre rendez-vous au plus tard 24h à l’avance auprès du service aménagement du territoire.

    Personne de contact : Mme V. Kevers – Mail. virginie.kevers@commune-dalhem.be – Tél. 04/374.74.22

    Les documents suivants : formulaire général de demande de permis, résumé non-technique de l’évaluation des incidences sur l’environnement, dossier cartographique, dossier photomontages, ainsi que le tableau des recommandations émises dans le cadre de l’évaluation des incidences sur l’environnement sont consultables en ligne pendant toute la durée de l’enquête publique sur le site Internet de la Commune de Dalhem : https://www.dalhem.be/ (soit dans l’actualité, soit à l’onglet : Ma commune > Services communaux > Aménagement du territoire > Enquêtes publiques).

    Tout intéressé peut formuler ses observations écrites ou orales auprès de l’administration communale dans le délai mentionné ci-dessus, jusqu’à la clôture de l’enquête.

    Les réclamations et observations verbales sont recueillies sur rendez-vous par le Conseiller en Environnement ou, à défaut, par l'agent communal délégué à cet effet.

    Le promoteur hésite encore sur le type d’engins à installer : l’étude d’incidences a pris en compte deux modèles Siemens et deux modèles Vestas. Les résultats sont proches : les moulins, avec mâts et pales d’une hauteur de pratiquement cent cinquante mètres, pourraient provoquer des dégâts parmi les chauves-souris, pas seulement à cause des risques de collision, mais parce que les variations de pression entraînent des lésions pulmonaires parmi les pipistrelles, les sératines et les noctules. Des mesures de bridages sont recommandées. De toute façon, des périodes de réductions de vitesses ou de périodes de fonctionnement s’imposent également au niveau des normes de bruit.

    Capture d’écran 2020-08-05 à 16.03.59.png

    C’est qu’il faut également se conformer aux normes environnementales flamandes et même hollandaises, vu la grande proximité avec la frontière. C'est d'ailleurs du côté fouronnais que l'impact paysager semble le plus fort, comme l'indiquent les simulations photographiques publiées en ligne par l'administration communale. 

    L'administration communale des Fourons a chargé un cabinet d'avocats d'introduire des réclamations contre ce projet. Hier soir, une grande partie de la réunion de la commission communale "environnement" y était consacrée. La grande majorité des participants étaient inquiets et s'opposaient au projet, même si certains intérêts particuliers de Fouronnais seraient en jeu puisque certains Fouronnais seraient propriétaires des terrains sur lesquels les éoliennes seraient implantées. 

  • Cinq éoliennes pourraient être installées entre Warsage et Fourons : un impact visuel important

    eux projets éoliens au dispositif assez similaire et dans une zone identique entrent en concurrence à Dalhem. Une enquête citoyenne permet à la population d’émettre son avis alors que les premières critiques liées à l’impact visuel émanent d’une commune voisine, à savoir Fourons.

    D

    Depuis lundi, les Dalhemois peuvent se rendre à l’administration communale afin de consulter le projet d’EngieElectrabel. Cette société anonyme souhaite installer cinq éoliennes à l’est de Berneau et au nord de Warsage, le long de la ligne de chemin de fer et de la frontière communale avec Fourons, de part et d’autre de la rue de la gare.

    « Engie-Electrabel a en effet déposé une demande de permis de bâtir à la Région Wallonne. Son projet consiste à installer cinq éoliennes à Dalhem. Après une réunion d’information publique l’année dernière, suivie d’une étude d’incidences afin d’analyser les nuisances éventuelles (impacts sur la faune, la flore, le côté visuel…), place à l’enquête publique qui prend fin le 28 août », confirme Fabian Vaessen, un échevin dalhemois ayant notamment l’énergie dans ses attributions.

    De toute manière, c’est la Région Wallonne qui octroie ce type de permis. Certes, elle peut évidemment suivre l’avis des communes ». D’après les premiers échos, les Dalhemois ne seraient, à l’heure actuelle, pas contre un projet éolien. C’est davantage du côté de Fourons que les critiques sont les plus vives. Globalement, c’est le côté visuel qui pose problème. Il faut dire que l’impact n’est pas négligeable…

    D'un article de YANNICK GOEBBELS à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 25 janvier 2020.

  • Un projet de centre d’enfouissement de déchets radioactifs inquiète la Basse-Meuse

    Capture d’écran 2020-06-05 à 08.15.00.pngLa perspective de voir peut-être un jour le Pays de Herve accueillir un centre d’enfouissement de déchets radioactifs inquiète jusqu’en Basse-Meuse. Outre les conséquences environnementales, le projet engagerait des générations sur plusieurs centaines de milliers d’années et aurait un coût minimum de 10 milliards d’euros. Les conseils communaux de Bassenge et Blegny viennent de faire connaître leur opposition.

    Une interpellation citoyenne au conseil communal, il y a longtemps qu’on n’avait plus vécu pareil événement à Blegny. C’est Mathieu Simonis, avocat au barreau de Liège, qui l’a effectuée. Et cette dernière a été couronnée de succès, la commune ayant formulé sa plus vive inquiétude vis-à-vis de ce projet, tout en refusant à l’unanimité une implantation dans son territoire sans une enquête sérieuse et complète au préalable.

    D'un article de YANNICK GOEBBELS & AURÉLIE DRION à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 5 juin 2020.