Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

"La Meuse" - Page 8

  • Le Une de La Meuse Basse-Meuse de ce samedi

    LM_BM.jpg

    - Anne Delvaux claque la porte du cdH. Elle quitte la politique et Liège

    - Le policier sauve un bébé de 2 mois enfermé dans une voiture surchauffée

    - Coup de couteau en plein coeur pour un refus de priorité

    - 650 policiers sur-équipés pour protéger les grands de ce monde

    - La nouvelle arme anti-alcool de la police : le sampler

    - Guillemins : vivez la guerre de 14 de l'intérieur

    - Notre rubrique humoristique "ça va se savoir"

    - Un tireur FOU abat deux cigognes noires (une espèce protégée) en plein vol! 

    - Le Standard sacrifie son match à Courtrai en allignant une équipe...C

    - Tennis : DAvid Goffin à deux doigts de remporter son 1er tournoi ATP

    - Etc, etc

  • La "Une" de La Meuse Liège de ce vendredi

    LM_L.jpg

    Découvrez notre journal sur http://num.sudinfo.be/
    (ou chez votre libraire préféré)

  • José Happart bientôt au tribunal?

    Capture-d’écran-2014-06-24-à-08.42.02.jpg

    Sans trop prêter attention à la présomption d'innocence, LA MEUSE revient aujourd'hui dans ses pages 4 et 5 sur les nombreux dossiers ouverts par la justice liégeoise autour de l'aéroport de Liège. 

    José Happart répète qu'il n'a rien à se reprocher et Luc Partoune déclare qu'il est heureux de se rendre devant le tribunal.

    Capture-d’écran-2014-06-24-à-08.42.20.jpg

  • 150.000 visites

    Créé en mai 2012, ce blog a atteint les 100.000 visiteurs le 4 janvier 2014.

    Aujourd'hui, le compteur a dépassé les 150.000 visites.

    Chers lecteurs, merci pour votre fidélité. 

    Si vous connaissez des personnes intéressées, inscrivez-les à la newsletter et elles seront informées automatiquement  dès que quelques informations nouvelles seront disponibles. Il suffit d'écrire leur adresse électronique dans la case prévue à cet effet dans la colonne ci-contre à droite.

    Si vous avez des informations à faire passer, envoyez-moi un courriel et je me ferai un plaisir de les relayer vers toutes ces personnes intéressées, comme vous, à l'actualité de notre petite région.

  • QUEL DEVOIR DE « neutralité » POUR UN COMMISSAIRE D’ARRONDISSEMENT ?

    Huub Broers et Bruno Beckers mouchés par Albert Stassen

    AS_20110813_002.jpgTelle est la polémique lancée par Bruno Beckers dans  La Meuse-Verviers du 23 mai 2014. Sans aborder l’absence de preuve manifeste dans le cas d’espèce (il s’agissait  d’un tweet du bourgmestre de Fourons accusant le Commissaire d’arrondissement de Verviers de collage d’affiche dans les Fourons et  repris par  La Meuse-Verviers), il y a lieu d’examiner le cas théorique : un commissaire d’arrondissement doit il être « neutre » et peut-il coller des affiches électorales ?

    Parmi les droits d’un commissaire d’arrondissement, ( article 3 de son statut assimilé en cela à celui de  tous les fonctionnaires wallons) se trouve la liberté d’expression à l’égard des faits dont ils ont connaissance dans l’exercice de leur fonction. Il leur est seulement interdit  « de révéler des faits qui ont trait à la sécurité nationale, à la protection de l’ordre public, aux intérêts financiers de l’autorité, à la prévention et à la répression des faits délictueux, au secret médical, aux droits et libertés du citoyen, et notamment au droit au respect de la vie privée; cette interdiction vaut également pour les faits qui ont trait à la préparation de toutes les décisions aussi longtemps qu’une décision finale n’a pas été prise, ainsi que pour les faits qui, lorsqu’ils sont divulgués, peuvent porter préjudice à la position de concurrence de l’organisme dans lequel l’agent est occupé. »

    En assimilant  de la sorte le statut des commissaires d’arrondissement à celui des fonctionnaires wallons, le Gouvernement wallon s’est en fait rangé à la doctrine actuelle qui s’écarte du devoir de « neutralité » qu’on exigeait jadis de tous les fonctionnaires et plus particulièrement des commissaires de gouvernement que sont les gouverneurs et commissaires d’arrondissement.

    On  estime généralement que l’obligation de « réserve » inhérente aux  fonctions de commissaire d’arrondissement (qui ne figure dans aucun texte) implique la nécessité d’exprimer des opinions de façon prudente et mesurée, de manière à ce que l’extériorisation de celles-ci, notamment politiques, soit conforme aux intérêts du service public et à la dignité des fonctions occupées. C’est évidemment une question d’appréciation et qui ne figure pas dans les droits et devoirs des commissaires d’arrondissement.

    En l’occurrence, il y a certes lieu de souscrire  à cette formulation impeccable des « balises » inhérentes aux fonctions de commissaire d’arrondissement, de gouverneur ou toute autre fonction analogue mais il faut que l’expression d’une opinion puisse alors être associée à la fonction. Un gouverneur ou un commissaire peut très bien être amené à exprimer des opinions alors que  ces fonctions n’étaient pas concernées et  qu’il ne s’exprimait pas en tant que gouverneur ou commissaire d’arrondissement mais à un autre titre bien distinct de sa fonction première. Toutefois, même en cas d’amalgame des deux fonctions, les propos tenus  ne souffrent pas en principe de critique par rapport aux balises requises dans  l’expression publique d’un  gouverneur ou d’un commissaire d’arrondissement (voir texte ci-dessus). Un commissaire d’arrondissement en fonction en province de Liège peut très bien, en dehors de sa fonction, être un militant de la cause francophone Fouronnaise, écrire des livres à ce sujet, coller des affiches dans les Fourons, participer à la fête annuelle de l’action fouronnaise car c’est en dehors de sa circonscription (la province de Liège) où il doit veiller à ce que l’extériorisation de ses opinions soit conforme aux intérêts du service public.  Le fait qu’il ait à gérer  fonctionnellement le vote à Aubel des électeurs fouronnais ne place pas les Fourons dans sa circonscription et son seul contact avec Fourons (via le commissaire d’arrondissement adjoint de Tongres) est d’obtenir de la commune de Fourons la liste bilingue des électeurs  pour les bureaux de vote à Aubel conformément au code électoral et  à un arrêt du Conseil d’Etat de 1986. Le bourgmestre de Fourons s’y refuse et a fourni une liste unilingue flamande. Ils ont eu un échange de mails assez vif sur le sujet et c’est ce qui a sans doute motivé le tweet. Cette affaire des listes bilingues est plaidée par un membre de l’Action Fouronnaise devant la Cour d’Appel d’Anvers.

    Un commissaire d’arrondissement wallon qui « exprimerait ses opinions politiques » en allant coller des affiches électorales hors de sa circonscription en dehors de ses heures de service ne contrevient en rien au prescrit relatif aux droits et devoirs de sa fonction. Théoriquement, s’il le faisait dans sa circonscription,  et si cela se passe en dehors de ses heures de service, il ne pourrait être critiqué non plus mais là il sera opportunément plus prudent pour éviter de prêter le flanc à la critique.  Toutefois  les matières où il ne peut « exprimer des opinions » sont limitativement citées dans le statut de la fonction publique wallonne et le collage d’affiches n’y figure évidemment pas.

    Lire la suite