Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mobilité - Page 3

  • Le bourgmestre actuel répond à un ancien bourgmestre

    Interpellé par José Smeets, ancien bourgmestre, sur la limitation de vitesse à 30 km/h à Fouron-le-Comte, le bourgmestre actuel, Joris Gaens, lui répond.

    Ces panneaux sont placés depuis quelques semaines, mais la décision a bien sûr été prise plus tôt. Cela a également été mentionné dans la fiche d'information municipale précédente. 
    Lors du réaménagement de la route à la suite des travaux d'assainissement, nous essayons d'améliorer le tracé des routes, de faire plus attention aux bons sentiers, mais aussi de rendre les rues, et surtout les centres des villages, plus sécuritaires pour la circulation. Les centres des autres anciennes communes suivront également dans les années à venir afin qu'il y ait uniformité en termes de vitesse entre les différents centres. De plus, la politique du gouvernement supérieur vise de plus en plus à transformer les centres villageois en une zone à 30 km / h. Ils peuvent en avoir besoin à l'avenir.
    La zone de 30 km / h à Fouron-le-Comte a été agrandie de sorte que la mairie, la pharmacie, la station-service, l'église, la boulangerie, OCURA... se trouvent dans cette zone.
    Je dois aussi m'habituer à l'extension de la zone de 30 km / h au centre de Fouron-le-Comte, mais la sécurité est toujours le plus important.
  • La piste de Kattenroth, le verglas et les dépanneuses au conseil communal

    Comme annoncé, Clotilde Mailleu et Grégory Happart ont posé des questions au conseil communal du 28 janvier 2021.

    Clotilde Mailleu s'est particulièrement intéressée au béton qui est prévu pour le chemin de Kattenrot. Elle a regretté ce choix, particulièement malvenu pour les chevaux et les cavaliers. Elle demandait pourquoi il ne serait pas possible de protéger ce précieux patrimoine naturel.

    Le bourgmestre a répondu qu'il avait lu les mêmes préoccupations dans le périodique "Heem en Nature" et qu'il les prises en considération, mais que d'autres impératifs imposent le béton.

    L'administration communale doit tenir compte du fait que ce chemin fait partie du réseau touristique des voies cyclables. Il est donc impératif d'améliorer la qualité des ces voies cyclables. Le bourgmestre promettre de veiller à la protection de l'usager faible. 

    Grégory Happart a commencé par féliciter les hommes qui déneigent les routes communales, mais il s'est intéressé particulièrement à  la journée du 28 décembre 2020 où plusieurs accidents ont eu lieu au Bois Rouge, au point que la route a dû être barrée. Pourquoi a-t-il fallu attendre si longtemps les camions de déneigement de la route régionale flamande? Grégory se préoccupait aussi du fait qu'une automobiliste s'était vu imposer un dépanneur de Riemst (dont coût 480 €), alors que des dépanneurs wallons sont plus proches et donc mois coûteux.

    Dans sa réponse, le bourgmestre confirme que la police des Fourons a été avertie à 9h25 de l'état de la route régionale N648 entre La Planck et Hagelstein, que la police a immédiatement averti les services locaux de déneigement et pris contact avec les services compétents (VTC = Vlaams Tunnel en Controlecentrum) à  Anvers ! En les priant d'intervenir rapidement !

    Il n'y a pas eu d'épandage nocturne préventif le 28 décembre au matin parce que parce que le système de prévention météo "Roadmaster" auquel la commune est abonnée n'avait envoyé d'avertissement. L'équipe de nuit de la police locale qui a terminé son service à 7 heures du matin n'avait rien signalé non plus.

    A 9h40, la police a été avertie de l'accident du camion. Un deuxième accident a été signalé à 9h56. Le service d'épandage est arrivé sur place à 10h10. A 10h15, la circulation a été interdite sur cette route pour permettre le dépannage des véhicules et parce qu'un poteau électrique menaçait de tomber sur la route.

    Les services de dépannage appelés sur notre territoire sont, en fonction d'un accord avec le Parquet du Limbourg, Vanderveken de Riemst, et subsidiairement MK de Tongres et Robert de Bilzen. C'est le 101 de Hasselt qui envoie le dépanneur disponible.

    Lorsque la route n'est pas obstruée, le conducteur peut faire appel lui-même à un dépanneur local ou au dépanneur que lui  propose sa compagnie d'assurance. Ce qui allonge généralement le délai d'intervention. 

    En ce qui concerne les frais pour l'automobiliste accidenté, le bourgmestre rassure: la compagnie d'assurance s'occupera du dossier et remboursera éventuellement les sommes avancées si la police d'assurance le prévoit.

  • 55 % des camions en infraction

    Ce mercredi 27 janvier, la police des Fourons a mené une surveillance de poids  lourds sur l'E25 à Mouland. Sur les 9 camions contrôlés, 5 étaient en infraction. Plusieurs véhicules présentaient des défauts techniques et plusieurs chauffeurs n'avaient pas correctement arrimé leurs chargements. Le montant total des amendes était de 4 856 €. 

    Des contrôles aux frontières ont également été effectués au cours de cette action. Les inspecteurs n'étaient pas tenus de verbaliser sur les infractions pour des déplacements non essentiels. L'accent était mis sur la sensibilisation et la distribution des déclarations sur l'honneur.

    Téléchargez ici la déclaration sur l’honneur à remplir.

  • Sur 10 km, trois horaires différents pour le couvre-feu

    22 heures à Aubel, minuit sur le territoire fouronnais et 21 heures aux Pays-Bas ! Pour ne pas se tromper, le mieux est encore de rester chez soi.

  • Entre Visé et les Pays-Bas

    Mardi, on ne constatait aucun contrôle en direction de Maastricht, que ce soit par les petites routes ou via l’E25 depuis Visé. La bourgmestre de Visé, Viviane Dessart, confirme.
    « AUCUNE INSTRUCTION »
    « Pour l'instant », explique-t-elle, « il n'y a pas de contrôles de la police sur la route de Petit-Lanaye qui mène vers les Pays-Bas. »
    Une route, qui, on s’en souvient, avait été fermée en avril dernier sur instruction du ministère de l'intérieur.
    «Mais, jusqu'à présent», poursuit la bourgmestre, « il n'y a aucune instruction donnée pour une éventuelle fermeture. En ce qui concerne l'autoroute E25, c'est la police des autoroutes qui est chargée des contrôles et il n'y en a pas pour l'instant. » 
    MARC GÉRARDY dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 23 décembre 2020