Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Police - Page 9

  • La police met fin à une « rave lockdown party »

    Elle rassemblait 50 personnes – des jeunes âgés de 18 à 22 ans – dans la Grotte de CasterCapture d’écran 2020-12-14 à 07.54.50.png

    Dimanche matin, la police de la Basse-Meuse est intervenue pour mettre fin à une « rave lockdown party », organisée dans la Grotte de Caster, à Lanaye. Environ 50 jeunes, âgés de 18 à 22 ans, participaient à ce rassemblement parfaitement illégal. Ils ont été verbalisés et la police a saisi le matériel sono ainsi qu’une petite quantité de stupéfiants.

    Chaque année, la police de la Basse-Meuse doit intervenir pour mettre fin à des rave-parties sur son territoire. « Environ une ou deux fois par an, plus les tentatives avortées grâce à notre intervention », indique Alain Lambert, chef de corps. Ce dimanche, c’est une rave-party qui avait déjà commencé que les policiers de la BasseMeuse ont dû stopper. Une cinquantaine de jeunes se sont installés vers 3h du matin, dans la nuit de samedi à dimanche donc, dans la Grotte de Caster, un site protégé de la Montagne Saint-Pierre. Vers 4h30, ils ont commencé à mettre de la musique, à danser, et à consommer des stupéfiants.

    Aussi surprenant que cela puisse paraître, les participants à cette rave-party ne provenaient pas de la région liégeoise. « Principalement, il s’agissait de ressortissants hollandais, montois, anversois et limbourgeois. » Les rave-parties sont généralement organisées via les réseaux sociaux. Des organisateurs décident d’un endroit, puis communiquent le lieu de la fête via internet. Aucune règle n’est généralement respectée en matière d’autorisations. Ici, les mesures Covid ont évidemment été largement bafouées.Capture d’écran 2020-12-14 à 07.52.51.png

    D'un article d'ALLISON MAZZOCCATO à lire dans LA MEUSE B ASSE-MEUSE du 14 décembre 2020

  • 70 jeunes faisaient la fête dans une grotte

    Dimanche matin, la police a arrêté une fête dans une carrière de marnes à Petit-Lanaye (Visé). Les résidents locaux s'étaient plaints de nuisance, après quoi 50 policiers se sont rendus sur les lieux. Environ 70 jeunes ont été arrêtés.

    (Une information de "Het Belang van Limburg" de ce dimanche midi)

  • Un bon conseil de notre police

    Des vêtements fluorescents améliorent votre visibilité sur la route. En tant qu'usager faible vêtus de vêtements noirs, on ne vous aperçoit qu'à partir de 20M alors qu'avec des réflecteurs on vous voit jusqu’à 150M. Le distance d’arrêt d’une voiture à une vitesse de 70km/h est 45M.
    Faites vous-même, vos enfants et votre ami à quatre pattes visible, si vous se trouvez sur la route. Une bonne visibilité peut sauver des vies !

     

  • Un nouveau commissariat à Dalhem l’an prochain

    Le dernier conseil de police a également voté le budget 2021 de la zone. « Et la bonne nouvelle c’est que la dotation communale versée par chaque commune n’augmente pas, comme c’est le cas depuis 2017, explique Arnaud Dewez, président de la zone de police. « Entre 2012 et 2017, elle avait augmenté de 5 à 6 % par an. Ce qui avait permis de faire des provisions. Et les prévisions étaient bonnes puisque la dotation ne devrait pas augmenter d’ici deux ans. On peut même espérer ne pas avoir à le faire de toute la législature. »

    Ce qui ne va pas empêcher les investissements, comme la construction d’un nouveau commissariat à Dalhem qui devrait démarrer l’an prochain. Le poste local actuel, qui accueille les inspecteurs de quartier de Dalhem, est situé au sein de l’administration com­munale. Mais il ne répond plus aux normes de sécurité. En partie classé, il est impossible de réaliser les travaux nécessaires. Décision a donc été prise de construire un nouveau commissariat, sur la nouvelle place des centenaires Carabin. « L’enquête publique doit démarrer très prochainement. On espère donc qu’il puisse être inauguré d’ici un an et demi. » 

    A.DR dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 23 novembre 2020

  • Il manque des policiers en Basse-Meuse

    Capture d’écran 2020-11-23 à 07.36.59.pngLes zones de police manquent cruellement d’effectifs depuis de nombreuses années. La zone de police de la BasseMeuse ne déroge pas à cette règle. Mais le conseil de police vient de décider d’augmenter le cadre légal pour mieux anticiper les recrutements.

    Lors de la réforme des polices de 2002, le cadre légal a fixé à 149 le nombre de policiers nécessaires pour faire fonctionner la zone de police de la BasseMeuse. Un cadre qui n’a jamais été au complet. Actuellement, elle compte 143 policiers. Si c’est une unité de plus que l’an dernier, il en manque toujours six pour que la zone puisse tourner confortablement.

    D'un article d'AURÉLIE DRION à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 23 novembre 2020.