Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Prévention - Page 4

  • Coronavirus : Phase 2 maintenue, passage en phase fédérale et mesures additionnelles

    Communiqué de Madame la Première Ministre, Sophie Wilmès

    Comme annoncé le 10 mars dernier, l’évolution de la propagation du coronavirus est évaluée au jour le jour. En effet, la situation sanitaire d’hier n’est pas celle d’aujourd’hui ni celle de demain. Suite aux derniers développements, le Conseil National de Sécurité (CNS) s’est réuni le jeudi 12 mars à la demande de la Première ministre et en concertation avec les Ministres-présidents. Cette réunion  du CNS a eu lieu dans la foulée de réunions des groupes d’experts du Risk Assessment Group et du Risk Management Group. 

    Il a été décidé de renforcer le dispositif existant par des mesures additionnelles de distanciation sociale, dans le même objectif d’endiguer la propagation de l’épidémie. Ces mesures sont proportionnelles et orientées vers un maximum d’efficacité. D’un point de vue opérationnel, nous passons en phase fédérale de gestion de crise, ce qui veut dire que toutes les décisions seront prises dans la cadre d’une cellule de gestion composée notamment de la Première ministre, des ministres compétents et des ministres- présidents. Cette phase assure une meilleure coordination et information sur les mesures prises par les différentes entités. Les mesures annoncées sont d’application sur l’ensemble du territoire national.

    Tous les niveaux de pouvoir partagent la même volonté de mener une action, une communication et une application cohérentes des mesures décidées. Nous souhaitons qu’une même décision soit appliquée partout de la même manière. L’objectif prioritaire étant la préservation de la santé publique.

    Ces mesures seront d’application à partir de vendredi minuit jusqu’au 3 avril inclus. Comme précédemment, l’évolution de la situation continuera à être évaluée au jour le jour.

    Concernant les écoles :

    • Concernant les écoles, les leçons sont suspendues. Il sera organisé une garde d’enfant au moins pour les enfants du personnel médical et de soins de santé et des départements d’autorité (sécurité publique). Pour les enfants dont il n’est pas possible d’assurer une garde autre que par les personnes âgées, les parents pourront aussi trouver une solution dans les écoles.
    • Les crèches restent ouvertes.
    • Dans le cas des hautes écoles et universités, il est recommandé de développer des modules de cours à distance. Ces écoles ne sont donc pas fermées mais invitées à mettre en place des alternatives aux cours traditionnels en amphithéâtre ou en endroit confiné ; 

    Concernant les commerces et les activités dites récréatives (sportives, culturelles, folkloriques, etc) : 

    • Toutes ces activités sont annulées, peu importe leur taille et leur caractère public ou privé. 
    • Entre autres, les discothèques, cafés et restaurants sont fermés ;
    • Les hôtels restent ouverts sauf leur éventuel restaurant ;
    • La livraison à domicile et le drive-in sont permis ; 
    • Les commerces restent ouverts toute la semaine sauf le weekend ;
    • Les magasins d’alimentation et les pharmacies restent quant à eux ouverts normalement (weekend compris). Néanmoins, il leur est recommandé d’augmenter les mesures d’hygiène sur base des recommandations déjà formulées.

    Concernant le travail : 

    • Le travail doit se poursuivre dans la mesure du possible mais le télétravail doit être privilégié et, si nécessaire renforcé.

    Concernant les transports en commun : 

    • Les transports en commun circulent normalement mais il est demandé de se limiter aux déplacements indispensables. Les horaires décalés permettront de ne pas congestionner les transports en commun.

    A noter que ces mesures viennent s’ajouter à celles formulées précédemment. Nous restons en phase 2 renforcée.

    Lire la suite

  • Pays-Bas : interdiction des rassemblements de plus de 100 personnes jusqu'au 31 mars inclus

    Le gouvernement néerlandais a annoncé jeudi une série de mesures afin de limiter la propagation du nouveau coronavirus, dont une interdiction des rassemblements de plus de 100 personnes, et ce jusqu'au 31 mars inclus. Si les écoles restent ouvertes, les universités du pays ont annoncé dans la foulée un arrêt des cours et des examens jusqu'à cette même date. 

  • Un ami des Fouronnais au gouvernement fédéral

    Philippe Goffin reprend les compétences de ministre des Affaires étrangères et de la Défense en remplacement de Didier Reynders, annonce samedi dans un communiqué son nouveau président, Georges-Louis Bouchez.

    Le député-bourgmestre de Crisnée, commune proche de la frontière linguistique, s.est montré régulièrement à la Fête du Peuple Fouronnais ces dernières années.

    Sincères félicitations pour cette belle promotion.

  • La E25 entre Liège et Visé parmi les autoroutes les plus meurtrières

    L’autoroute A54 (reliant Nivelles à Charleroi) est celle qui enregistre le plus grand nombre de tués. Elle devance les Rings d’Anvers et de Bruxelles. Ce qui est impressionnant, c’est la gravité des accidents sur la A54 : le taux est le double de la A7 (E19).

    La gravité des accidents : la A 54 en tête. « Nous calculons cette gravité sur base du nombre de personnes décédées (dans les 30 jours) par mille accidents avec des dommages corporels », explique le porte-parole de Vias. « Ce qui est particulièrement impressionnant, c’est la gravité des accidents sur la A54 : 90, soit le double de la A7 (E19) qui n’est pourtant pas située très loin de là. » Suivent : la A501 (qui relie l’autoroute de Mons (A7) au pôle industriel de La Louvière) avec un taux de gravité de 83 ; la A25 (E25 qui relie Liège à Visé) avec un taux de 71 et la A 18 (reliant les villes de Bruges, Furnes et La Panne pour finir à la frontière française) avec un taux de 68.

    Deux pages de DIDIER SWYSEN à lire dans LA MEUSE du 8 août 2019.

  • Bientôt un véhicule ANPR pour la Basse-Meuse

    Un gros investissement va prochainement être consenti puisque l’achat d’un nouveau véhicule équipé d’un radar ANPR pour la police de la zone de la BasseMeuse vient d’être budgétisé. « Nous n’en sommes qu’au début de la procédure et la proposition doit encore être avalisée par le conseil de police de la zone », signale Alain Lambert, chef de corps de la police de la BasseMeuse. « Ce type de Capture d’écran 2019-03-07 à 11.03.15.pngdispositif constituerait, à coup sûr, un atout supplémentaire pour notre zone. »

    L’ANPR est un dispositif de reconnaissance automatique des plaques d’immatriculation utilisé par la police. Des caméras scannent les plaques des véhicules en mouvement ou à l’arrêt et un code couleur s’affiche alors à l’écran d’un moniteur installé dans la voiture de police banalisée. À chaque couleur correspond une infraction : voiture en défaut de contrôle technique, en défaut d’assurance, plaques d’immatriculation signalées volées, etc. Il reste ensuite aux policiers à intercepter le véhicule.

    Bref, l’appareil ne laisse rien passer. Ceux qui sont en ordre n’ont, évidemment, rien à craindre. Depuis quelque temps, la police de la Basse-Meuse a des accords avec la zone de Fléron, Soumagne et Beyne-Heusay. « La zone nous prête, en fonction des disponibilités, évidemment, leur radar ANPR », détaille Alain Lambert. « Et nous voyons toute son utilité et 

    toute son efficacité. » En novembre 2018, une opération judiciaire, menée par la brigade locale de recherches de la police de la Basse-Meuse, avait permis d’arrêter deux Roumains. Ces deniers étaient suspectés d’être à l’origine d’une vague de cambriolages dans la commune de Juprelle. Pour l’occasion, la zone de Fléron, Soumagne et Beyne-Heusay avait prêté son véhicule équipé de l’ANPR. Le scanner avait repéré une voiture sur laquelle étaient posées des plaques d’immatriculation volées. Après une course-poursuite, deux motards de la zone avaient rattrapé le véhicule des fuyards et, finalement, interpellé les deux suspects.

    Bref, la démonstration parfaite de l’utilité de ce dispositif. Un des meilleurs arguments pour convaincre le conseil de police. -

    A.B. dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 7 mars 2019.