Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Restauration de la ferme Caster à Visé

    Aux frontières de la métropole liégeoise, se tient le site de la Montagne Saint-Pierre. Sur celui-ci, très fréquenté par les amateurs d’espaces sauvages, se trouve la ferme de Caster, moins connue. Sa rénovation grâce à des fonds wallons devrait attirer la lumière et les visiteurs. Le site aura une vocation d’éducation à la nature avec un objectif d’accueil des touristes, accessible aux piétons et aux vélos. Les parties agricoles et les anciennes étables attendent leur réhabilitation mais une exposition sur la biodiversité du site devrait déjà se tenir à l’automne.

    (Une information de LIÈGETOGETHER)

  • Connaissez-vous l'hotel Torrentius ?

    On ne fait plus liégeois…Ce bâtiment, conçu par Lambert Lombard et classé au Patrimoine exceptionnel de Wallonie, ouvre pour la 1ere fois ses portes au grand public avec une exposition « Le songe de Torrentius ». Celle-ci est consacrée au travail de Charles Vandenhove, architecte liégeois à qui on doit notamment le CHU du Sart-Tilman, des réalisations à Anvers ou encore en France. Charles Vandenhove, né à Teuven le 3 juillet 1927, avait en son temps sauvé le bâtiment de la destruction, aujourd’hui celui-ci veut à nouveau s’ouvrir aux Liégeois.  

    (Une information de LIÈGETOGETHER)

  • 28 mai 1919, il y a 103 ans !

    VISE EST SURPRIS : le roi chevalier Albert 1er apporte son soutien face au cataclysme de la guerre

    Surprise de jeunes visétois, une voiture s’arrête à l’entrée de Visé et en sort une personnalité qu’on ne s’attendait pas à rencontrer. Le roi des Belges en personne.

    Panique, il  faut avertir les autorités publiques de cette arrivée. Le roi s’avance dans les ruines et inspecte les premiers baraquements installés à Visé. Ce qu’il voit est effarant, des rues et des maisons en ruine. Des habitants ont rafistolé comme ils pouvaient leur demeure. Des maisons n’ont pas été abîmées entièrement. On raconte au souverain ce qui s’est passé lors de la quinzaine tragique d’août 1914. A l’écoute de ces habitants désarçonnés, il leur répond qu’il va activer la construction de ces baraquements, appelés à juste titre les baraquements du Roi Albert. Ils seront construits pour  la plupart à côté de la Gare, le long de la Meuse. (Voir à ce propos le texte du 3e colloque 14-18 du musée régional sur la reconstruction morale et patrimoniale de Visé)

    Visé avec ses plus de 600 maisons rendues inhabitables en août 1914 attendra plus de 10 ans  pour retrouver une existence normale.

    J.P.Lensen

    I07bAlbert1eren1919.jpg

  • José Happart soulagé

    Capture d’écran 2022-05-28 à 08.40.27.pngMercredi, la Cour de Cassation a mis un terme à 15 années de procédures judiciaires dans le dossier « Liège Airport » dans lequel étaient encore impliqués José Happart, son amie Isabelle et feu Christian Binet. Ce dossier est définitivement terminé.

    Un article d'ARNAUD BISSCHOP dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 28 mai 2022 (et même pas dans LA MEUSE VERVIERS, alors que l'affaire était publiée dans toutes les éditions wallonnes et bruxelloises du temps des accusations).

  • La place de l'église de Fouron-le-Comte n'était pas communale ?

    Le cimetière communal se trouvait avant les années 60 là ou se trouve maintenant la place de l'église de Fouron-le-Comte. Comme le montrait la photo ci-dessus, l'ensemble de cette place était utilisé comme parking au début des années 2000.

    Cette place aurait été une propriété de la Fabrique d'église qui l'aurait cédée maintenant (à quel prix? à quelles conditions?) à la commune. Une décision est passée comme une lettre à la poste au conseil communal de mercredi dernier, comme le raconte Philippe Leruth dans son billet "en direct des Fourons".