Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Personnalités

  • Gil Simon entendu comme suspect

    Capture d’écran 2021-04-02 à 08.15.13.pngGil Simon estime « avoir apporté tous les éclaircissements demandés et répondu à toutes les questions pour aider au mieux la justice à faire son travail. »

    Après Jean-Claude Marcourt début février, deux autres personnalités politiques publiques ont aussi été entendues dans le dossier « Nethys », et non des moindres. Il s’agit de Gil Simon, ancien membre du management de Nethys et aujourd’hui directeur-général de Resa, et de Muriel Targnion, bourgmestre de Verviers et, surtout, ex-présidente de l’intercommunale Enodia. Tous deux ont été auditionnés non pas comme simples témoins, mais comme suspects dans le dossier des rémunérations.

    Le rôle de Gil SIMON dans l'affiliation de la commune des Fourons à Publifin est bien connu. Cette affiliation avait permis à l'intercommunale d'échapper à la tutelle (surveillance) de la Région wallonne.

    Un article de GASPARD GROSJEAN à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 2 avril 2021.

     

  • Hani Al Tabaa devrait être confronté à José Happart avant l’ouverture du procès « Liege Airport »

    Surprise, surprise ! L’homme à l’origine du dossier Liege Aiport qui a éclaboussé José Happart et Christian Binet, s’est manifesté auprès de la justice liégeoise après avoir joué à cache-cache avec cette dernière durant 14 années. Une confrontation entre les deux hommes est prévue avant le procès.

    Un article d'ARNAUD BISSCHOP à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 20 mars 2021.

     

  • Lors de la première confrontation, un accusateur est revenu sur ses déclarations initiales

    Avant de juger José Happart, ex-président du parlement wallon, et Christian Binet, l’ex-promoteur d’Awans, dans le dossier Liege Airport, la cour d’appel a ordonné douze confrontations entre les accusateurs et les deux inculpés. La première des douze confrontations semble tourner à l’avantage des prévenus.

    Un article d'ARNAUD BISSCHOP à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 5 mars 2021

  • José Happart aurait bloqué la mission de contrôle

    Luc Partoune n’est donc plus le CEO de Liege Airport. Le conseil d’administration de l’aéroport liégeois a pris la décision de le licencier pour faute grave ce mardi soir, comme La Meuse le révélait. Et ce, suite aux premiers éléments mis en lumière par la mission « anti fraude » menée par le consultant Deloitte à la de- mande de Nethys, principal actionnaire de Liege Airport. Une mission qui avait été bloquée pendant un an sous l’ancien conseil d’adminis- tration présidé alors par un certain José Happart. On comprend mieux pourquoi aujourd’hui... Selon les informations de "La Meuse",  les abus relevés portent sur environ 20 millions d’euros.

    Deux pages à lire dans "La Meuse" du 11 février 2021

  • Luc Partoune, CEO de Liege Airport, est licencié pour faute grave !

    Coup de tonnerre dans le ciel de Liege Airport. Un conseil d’administration, initialement prévu vendredi, s’est réuni en urgence ce mardi soir. Avec un point très sensible sur la table : le licenciement de Luc Partoune, le CEO. Et la sentence est tombée : l’intéressé est licencié pour faute grave. Le vote du CA était unanime. En cause, des infractions potentielles extrêmement graves relevées par la mission Forensic (antifraude) menée par Deloitte au sein de l’aéroport liégeois. (Article à lire dans "LA MEUSE" du 10 février 2021).

    Selon une information de "L'ECHO", le président José Happart validait verbalement les notes de frais de Luc Partoune (126.000 € pour trois années) tandis que le CEO Luc Partoune validait verbalement les notes de frais du président.