Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Question fouronnaise

  • Même un étudiant engagé pour quelques semaine doit prouver la connaissance du français

    L'administration communale des Fourons a encore été révoquée par la Commission permanente de Contrôle linguistique parce qu'elle n'a pas suivi loyalement les règles que le statut linguistique fouronnais lui impose.

     

  • La C.P.C.L. rappelle la loi au bourgmestre

    Au conseil communal de juillet 2020, le bourgmestre avait rejeté une remarque de l'opposition francophone. Sa remarque avait même été jugée désobligeante par un journaliste présent.

    La Commission permanente de Contrôle linguistique a examiné la plainte déposée par un citoyen francophone fouronnais et la conclusion est cinglante: Toutes les publications de la commune de Fourons, relatives à des recrutements sont des communications au public. En vertu de l’article 11, § 2, alinéa 2 LLC, celles-ci doivent être rédigées en français et en néerlandais.

    L'appel public pour la vacance de l'emploi de directeur général devait donc également être publié dans des journaux francophones.

     

     

  • Limburg.net devra imprimer des étiquettes bilingues

    La Commission permanente de Contrôle linguistique a tranché à la suite d'une plainte déposée par un citoyen francophone de Rémersdael: une autocollant apposé sur un sac poubelle doit être considéré comme un avis ou une communication au public au sens des lois sur l'emploi des langues en matière administrative. 

    Le texte sur l'autocollant contesté, apposé sur un sac poubelle dans la commune des Fourons par l'association chargée de mission Limburg.net, aurait dû être libellé simultanément et intégralement en français et en néerlandais, mais avec priorité au néerlandais.

    Dossier C.P.C.L.

  • Décès de l'inventeur du concept "chien en état de légitime défense"

    La presse annonce le décès de l'ancien ministre de l'intérieur Rik Boel à l'âge de 89 ans.

    Pour justifier l'acte du chien qui avait mordu le jeune rémersdaelois José Lahaye le 29 janvier 1979 lors d'une manifestation flamingante, Rik Boel déclara que ledit chien se trouvait en situation de légitime défenseCette déclaration avait provoqué la démission de son chef de cabinet, André Haudestaine, greffier provincial de Liège.

  • Il y a 50 ans : élections communales dans les villages fouronnais

    Ces archives de la RTBF nous rappellent un jour d'élections dans les villages fouronnais avant la fusion. C'était le deuxième dimanche du mois d'octobre 1970. Belle ambiance à Mouland devant le café où Bernard Watelet fait son reportage.

    Capture d’écran 2020-10-11 à 11.58.16.png

    Ambiance nettement différente devant l'autre café. Qui se souvient de ce café?