Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Economie

  • ING ferme son agence bancaire de Visé le 1 er juin

    Capture d’écran 2021-03-31 à 12.27.48.pngLes clients de la banque ING de Visé ont appris par courrier la fermeture de leur agence à la date du 1er juin 2021. De nombreux visétois sont évidemment mécontents, à l'instar du directeur général de la ville Charles Havard qui annonce la clôture de tous ses comptes chez ING.

  • LE PORT AUTONOME DE LIEGE hier et aujourd’hui par Freddy Roenen

    LE LIVRE VIENT DE PARAITRE : 

    Capture d’écran 2021-01-25 à 10.19.55.pngSur une perspective du monument au Roi Albert, entrée du canal du même nom s’ouvre ce livre, copieux et abondant de 236 pages et de 412 photos souvent étalées sur deux pages et 24 plans.  La carrière de Freddy Roenen, ancien visétois et directeur honoraire des Ponts et Chaussées explique le nombre élevé de références. Le musée de la vie wallonne a prêté une bonne centaine de documents notamment des différents ports liégeois. Avant de parler d’eau, l’auteur évoque les techniques de navigation par voile ou par halage, la batellerie de marchandises et de personnes, les activités de transbordement. Puis 6 ports marquent la traversée de Liège, du port de Fétinne au sud au port du quai de Maestricht au nord. Le fleuve qui traverse la Cité Ardente ne fut canalisé qu’au 19e s. et ce qui entrava le bon écoulement des eaux fut les îles comme l’ïle Monsin ou de Franche Garenne ou encore les trois  coudes de Meuse (Coronmeuse, Monsin et Cheratte). Leur redressement améliora considérablement la circulation des bateaux  et  le déclencheur de ces travaux fut l’inondation diluviale de 1926. Pour Cheratte, ce fut aussi l’exploitation de la houille qui modifia le cadre avec une darse  et un chantier naval et en face vers Chertal, le coude de  la Meuse à Cheratte fut rectifié.
    Puis  ce fut la construction du Canal Albert et l’industrialisation de ses rives avec la mise sur pied d’une organisation chargé de gérer ces espaces : la Port autonome de Liège vit le jour le 21 juin 1937. Actuellement 33 zones portuaires, surtout en Basse-Meuse occupent 382 hectares. Le principal travail, à part le remplacement du canal Liège-Maestricht par le canal dédié au 3e roi des Belges, le roi Albert, fut le reprofilage de l’ïle Monsin (darse, barrage, écluse). Les zones industrielles sont des plus variées comme par exemple le port pétrolier de Wandre et les entreprises de l’île Monsin. La gestion des différents ports entre Wanze et Visé  va suivre, le dernier étant le port de Chertal. Le livre ne pouvait mettre de côté cette superficie de 100 hectares, gérée par le P.A.L. en 2004 qui fut appelée le trilogiport ou un port basé sur la trimodalité : transport par eau, par la route et par la voie ferrée avec un outil pratique : le conteneur. Les terrains furent concédés à diverses entreprises dont Jost ou Weerts. Les abords de cet espace furent aménagés dont le célèbre port Nord dit pont du Trilogiport,  aboutissant à l’autoroute sur l’ancienne commune d’Argenteau et les différentes liaisons vers Haccourt ou Basse-Hermalle avec les fameux étangs. Le roi Philippe après avoir inauguré la 4e écluse de Lanaye vint inaugurer le 13 novembre 2015 le site du Trilogiport. Nous avons apprécié le détail de la construction de ce pont nord et de sa liaison  avec l’autoroute E25.

    Nous recommandons cet ouvrage à tous les Bassis-Mosans par la qualité et le nombre des illustrations  (Herstal, Cheratte, Argenteau, Vivegnis,  Hermalle-sous-Argenteau spécialement bien représentés) dans une édition de la Province de Liège. Il coûte 21 € dans toutes les bonnes librairies.

    JPL

  • Une machine liégeoise fabrique les fioles de vaccin pour le Covid


    La société Polmans à Visé les répare et les fabrique à nouveau.

    Cocorico liégeois ! C’est une machine de chez nous qui fabrique de nombreuses fioles pour les vaccins Covid. Il y en a en Chine, Corée, Égypte, France, Pays-Bas, Luxembourg…

    D'un article de MARC GÉRARDY à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 200 janvier 2021

     

  • Délais longs pour l'installation de panneaux photovoltaïques

    Dans un article de ce jeudi, "Het Belang van Limburg" annonce que Fluvius a déjà reçu l'annonce de 55.502 installations de panneaux photovoltaïques, soit déjà autant que pour toute l'année 2019. Ce rush sur les panneaux et la crise de la covid-19 augmenteront le délai d'attente d'un compteur digital dans la province du Limbourg.

    Celui qui installe des panneaux photovoltaïques avant le 1er janvier 2021 et les déclare chez Fluvius pourra encore bénéficier pendant 15 ans d'un compteur bidirectionnel. Si l'on n'arrive pas à les installer avant cette échéance, on ne pourra plus choisir le compteur bidirectionnel.

  • L’espoir du Trilogiport : Weerts et ses 400 emplois directs

    Capture d’écran 2020-06-22 à 07.58.32.png« L’espoir du Trilogiport, en l’état, c’est clairement Weerts. Il y aura là de la gestion de stocks, du conditionnement sur place, etc. Bref, on rentre dans une autre catégorie que les simples halls immenses de stockage. » Ces mots sont signés Serge Fillot, le bourgmestre d’Oupeye.

    Il faut dire que « WSC » prévoit en effet la construction de deux entrepôts logistiques de dernière génération, couvrant une superficie totale de près de 88.000 m 2 sur un terrain de 200.000 m 2 afin de développer ses activités. La construction de ces entrepôts s’échelonnera en plusieurs étapes dès 2019. L’ensemble représente un investissement total de plus de 50 millions d’euros. L’activité devrait permettre de créer 400 emplois. « C’est un phasage en quatre ans », confie Norbert Dumoulin, le directeur business & développement. « La Capture d’écran 2020-06-22 à 07.59.45.pngpremière phase devrait être opérationnelle vers août-septembre. » L’intéressé confirme l’objectif de 400 emplois, mais souligne évidemment l’importance du contexte économique global pour y parvenir…

    Weerts Supply Chain propose actuellement des services logistiques à haute valeur ajoutée depuis plus de 30 ans dans la région liégeoise. Elle exploite actuellement une surface totale d’environ 180.000m 2 et emploie plus de 450 personnes sur ses sites de Milmort, Bierset, Herstal et Forêt. 

    De 2 pages de GASPARD GROSJEAN à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 22 juin 2020