Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Agriculture

  • Le gel a fait des dégâts

    Capture d’écran 2021-04-10 à 08.05.19.pngLA MEUSE VERVIERS du 10 avril 2021 révèle que les dégâts de cette semaine devraient avoisiner 10 à 20 % dans les poiriers, les pommiers et les pruniers, chez les fruiticulteurs fouronnais, comme Dominique Meyers à Teuven.

  • Le "Crutzberg" s'associe au "Panier des Producteurs Passionnés"

    Le vignoble « Crutzberg », d’une superficie de 2,2 ha, se situe dans un versant exposé au sud à Fouron-Saint-Martin. 
    Le vignoble, créé en 2010 par Eugène Ernens (pharmacien dans une vie antérieure), produit du Chardonnay (7 000 ceps) et du Pinot Noir (2 000 ceps). Sa première cuvée de vin blanc en 2012 a obtenu une médaille d’argent au concours international Mundus Vini en Allemagne auquel participèrent plus de 40 pays. Et depuis, il les accumule … 

    P.S. : Le site est ouvert ! 

  • Les pommes et les poires aussi chez Fairebel

    Les téléspectateurs de toute la francophonie (sur TV5 Monde) ont pu voir ce midi le fruiticulteur teuvenois Dominique MEYERS annoncer que désormais les consommateurs trouveront les fruits Fairebel dans les supermarchés Carrefour Hyper, Market, Express et Carrefour Market - Groupe Mestdagh ainsi que dans les magasins de proximité.

  • 100 lapins libérés par des extrémistes végans, ils sont morts de froid et de stress

    Macabre découverte ce samedi matin pour l’éleveur de lapins, Christian Teller, à Aubel. Il a retrouvé 100 de ses lapins morts dans la nature.

    Spectacle désolant ce samedi matin pour l’éleveur de lapins, Christian Teller, à Aubel et Fouron-Saint-Pierre. Ce dernier éleveur de lapins de Wallonie vend chaque année 200.000 lapins à la grande distribution, ce qui ne plaît pas à tout le monde. « Durant la nuit de vendredi à samedi, pour la deuxième fois, j’ai été victime d’une attaque d’une association extrémiste dans mon élevage et 100 lapins en sont morts », constate avec rage Christian Teller.

    Un ou plusieurs individus se sont en effet à nouveau introduits dans l’élevage aubelois pour « libérer les lapins dans la nature ».

    La même infraction avait eu lieu en décembre dernier et avait été diffusée sur internet.

    Cette fois, ils ont brisé une plaque d’aération pour s’introduire dans l’élevage et ont fait sortir les lapins. « C’est un vrai massacre. Je n’admets pas cela. Au lieu d’en sauver, ils les ont tous tués. Je n’en ai pas retrouvé un seul vivant. Quel gâchis ! », dénonce vivement Christian Teller.

    Et de constater l’ampleur des dégâts avec les cadavres des lapins éparpillés sur le sol devant l’élevage et dans le champ voisin notamment. Il semble que ces lapins soient tous morts de froid et de stress et ils ne sont pas allés bien loin.

    Christian Teller soupçonne des activistes végans, les antispécistes, alors qu’il rappelle qu’il respecte la législation en matière de bien-être animal dans son élevage industriel.

    « La Belgique est le seul pays européen qui dispose d’une telle législation et qui est en avance », insiste Christian Teller qui, plus que la perte financière, regrette la perte totale de ses animaux.

    « Il va falloir tout recommencer », annonce Christian Teller, complètement abattu.

    À noter que cet acte n’a pas encore été revendiqué. 

    MARC GÉRARDY dans 7DIMANCHE LIEGE du 27 septembre 2020

  • Une plante africaine pour nourrir le bétail malgré la sécheresse

    La flore africaine permettra-t-elle de préserver nos bovins de la faim, en ces temps de sécheresses de plus en plus fréquents ? En tout cas, Luc Hollands, à Teuven, qui cultive des terrains dans les Fourons et à Aubel, y croit, en expérimentant la culture du moha, d’origine africaine. Et il n’est pas le seul : des agronomes plaident aussi pour cette herbacée, qui a bien des avantages…

    Les canicules et les sécheresses vont représenter un défi de taille durant les prochaines décennies. Et on en perçoit déjà les effets ravageurs depuis quelques années. D’où de gros soucis en perspective pour nos éleveurs, surtout bovins. Mais certains travaillent à la parade, dont Luc Hollands, qui exploite des terres et des prés à Teuven ainsi que dans d’autres villages des Fourons et sur le dessus d’Aubel, du côté du Bois de Loë. Son cheval de bataille au sol : le moha, une plante africaine. Qui complète une panoplie où l’on trouve déjà le mûrier pakistanais.

    Capture d’écran 2020-07-23 à 08.55.25.png

    D'un article d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 23 juillet 2020.