Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Tourisme

  • LE 10 MAI, UN JOUR ANNIVERSAIRE DE LA DETERMINATION DES FEMMES VISETOISES

    Imaginez la scène, une petite ville entourée de ses remparts, au nord de celle-ci, des prairies humides et des jardins. Dans ces prairies, vivent les oies et pour les surveiller des jeunes filles. Elles sont très jeunes, n’ont pas l’accès à l’école de la Collégiale car leur famille n’est pas riche et que la scolarité est réservée aux garçons. Pas instruites mais très pragmatiques et vivant avec  la nature. Soudain des bruits lointains qui se rapprochent. On dirait une troupe, pas très commode., apparemment. Les jeunes filles sont prises de peur et fuient et rentrent dans  la ville par la porte de Mouland (actuelle grand place, vers la rue de la Trairie). L’alerte est donnée, les habitants dont certains sont armés d’arbalètes se précipitent sur tous les remparts et sur le rempart nord car il est visible que ces hommes viennent de  la grande ville de Maastricht et n’ont pas des intentions pacifiques car ils voudraient remettre sur son trône le prince-évêque de Liège, Jean d’Arckel (1314-1378) et doivent s’emparer absolument de cette petite ville de quelques centaines d’habitants.

    Une de ces jeunes filles, on ne connaît que son prénom, Maroye (Marie en wallon), n’hésite pas et monte sur les remparts et est bien décidée d’aider  avec ses  maigres moyens les hommes dont  le seigneur de Navagne semble être le chef. Des échelles sont disposées contre les remparts et ces mercenaires sont à deux doigts de s’emparer de la ville. Maroye n’hésite pas et fonce quand apparemment, celui qui est le chef des assiégeants atteint le sommet du rempart, elle se précipite sur lui et avec sa hachette, telle une enragée, lui fracasse le casque et donc le crâne  et du coup s’empare de sa bannière. Les autres mercenaires voyant cette horreur, le corps de leur chef tombant avec fracas au pied des remparts détalent dans la campagne. A ce moment, en ce lundi 10 mai 1376, une clameur de victoire résonne dans la ville. Fin d’après-midi, des renforts venus de Liège arrivent et apprennent la nouvelle, qu’une jeune fille d’une quinzaine d’années, toute menue, sans instruction mais avec une ardeur incomparable a fait tourner le sens de la bataille. On l’aurait portée en triomphe jusqu’à la cathédrale Saint-Lambert de Liège ?.                                                                                                                   

    Voilà pourquoi, comme rarement dans l’histoire régionale, le courage d’une jeune femme a modifié le sort d’une bataille. Cette Jeanne Hachette visétoise aurait-elle été honorée en 2012 par la confrérie de l’Oie de Visé quand  fut inaugurée une statue d’une jeune gardeuse d’oies, accompagnée de quelques oies ?.

    Et il  n’est  pas étonnant que les groupes visitant la ville et la Collégiale soient photographiés devant cette statue symbolique.  Ici, bien échu que nous soyons le mardi 10 mai 1376, pardon le 10 mai 2022, le service-club Probus de Visé et leurs alter égo d’Anvers, guidés par Jean-Pierre Lensen prennent la pose, avant d’être reçus à l’hôtel de ville par la bourgmestre de  la cité mosane et de retrouver l’histoire de notre  pays au musée régional, tout proche.

    Jean-Pierre Lensen

  • Journée culturelle : visite au barrage de la Gileppe

    Ce mardi 3 mai, les élèves de 5ème et 6ème années de l’école francophone des Fourons se sont rendus au barrage de la Gileppe. La visite était commentée par un guide qui connaissait remarquablement bien le barrage, son histoire, ses fonctions et ses caractéristiques techniques. Celle-ci a débuté au Belvédère qui domine l’ensemble du site, le lac et le barrage. Elle s’est poursuivie au cœur du mur de retenue pour se terminer de nouveau à l’extérieur : cette fois au pied du barrage, sous le regard du Lion tourné vers la vallée. C’est là que le guide nous a réservé une surprise : un lâcher de démonstration pour montrer le fonctionnement des vannes de vidange qui permettraient de vider le barrage le plus vite possible en cas de problème. Le jet est tout simplement fulgurant, la vanne pouvant expulser 45 mètres cubes d’eau par seconde !

    Ensuite, le groupe s’est arrêté au Lunch Garden d’Eupen afin de se restaurer ; chaque enfant a pu choisir son repas.

    Ils ont terminé la journée par une partie de bowling et ont passé un très bon moment en s’amusant.

    Ce fut une sortie culturelle riche en découvertes !

    Bravo aux enfants pour leur comportement exemplaire.

                                                                 Mesdames Marie-Ange et Liliane

    Photos de la journée.

  • Auraient-ils enfin perçu les nuisances de l'abondance touristique?

    Capture d’écran 2022-05-04 à 09.07.38.pngAprès Theux en début de semaine dernière, c’est Fourons (en fin de semaine) qui a débattu de la taxe sur les gîtes. Le compromis entre le tourisme, les finances communales, le bien-être des habitants, maisons pour les jeunes… doit être trouvé.

    Une page de Philippe LERUTH dans L’AVENIR - LE JOUR VERVIERS du 4 mai 2022.

  • Proposition contestée par le secteur touristique au conseil communal

    Fred Banens organise la résistance contre l’augmentation de la taxe sur les terrains de camping (point n° 4 de l’ordre du jour du conseil communal de ce jeudi).

    Initialement annoncée à 130 € par lit, la taxe a déjà été ramenée dans le texte soumis au conseil communal à 80 € en 2023, et 100 € en 2024 et 2025.

    Fred Banens, exploitant des lieux d’hébergement « De Pensool » (27 lits) et « Middelhof » (32 lits)  - comment est-ce possible puisque le règlement l’oblige à loger dans chaque établissement? - organise la résistance. Alors qu’il était l’inspirateur de décisions de Voerbelangen, il prétend maintenant qu’il n’a pas été entendu par Voerbelangen et il va organiser la résistance en amenant une quinzaine d’opposants au conseil communal de jeudi soir. Ils veulent que le projet 80-100-100 soit soit retiré ou rejeté. Mais ils se disent déjà prêts à accepter que la taxe soit fixée à 80 € par lit pour les trois prochaines années.

    Actuellement, avec 2500 lits taxés à 30 €, la taxe rapporterait 75.000 euros par an.

    • La proposition initiale de Voerbelangen à 130 euros devait rapporter 325.000 euros par an  (total 975.000 sur les 3 ans).
    • La deuxième proposition de Voerbelangen devrait rapporter 200.000 euros la première années et 250.000 euros les deux années suivantes (total 700.000 euros sur les 3 ans).
    • La contre-proposition des exploitants touristiques à 80 euros par an rapporterait 125.000 euros de moins, soit 200.000 euros par an (total 600.000 euros sur les 3 ans).
  • Un dangereux partage


    Capture d’écran 2022-04-07 à 10.26.57.png

    Dans une chronique publiée sur son excellent blog "En direct des Fourons", Philippe Leruth souligne, e.a., le dangereux partage de la piste cyclable entre les élèves de l'école provinciale et les gros engins agricoles.

    Un article à lire.