Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Visé

  • Une décision difficile mais qu’il préfère prendre afin d’assurer l’avenir

    Joël Duchêne, alias Vic+or, n’est plus à présenter dans le monde des coiffeurs liégeois. Et, comme tous ses confrères, il fait face à la crise sanitaire actuelle et subit les longues semaines de fermetures imposées… Pour tenir bon, mais aussi anticiper les mois à venir, le coiffeur a finalement pris tristement la décision de fermer son salon de Visé, définitivement. Il raconte dans un article d'EMILIE DEPOORTER dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 15 janvier 2021.

  • « Se préparer pour un sprint » avec Bernard Smeets

    Capture d’écran 2021-01-08 à 07.52.10.pngLe confinement lié à l'épidémie de coronavirus a de fortes répercussions sur les footballeurs, sevrés de match et d'entraînement depuis 3 mois. Certains ont continué à s'entraîner individuellement ou collectivement en virtuel via un programme proposé par leur staff technique. Par contre, d'autres non quasi plus fait de sport... Tout cela aura donc un impact sur l'état physique des joueurs à la reprise et sur les performances futures en championnat.

    L'entraîneur devra donc composer avec des joueurs en forme et d'autres hors de forme. Le désentraînement entraîne une perte de la masse musculaire, une augmentation de la masse grasse et une diminution des capacités sportives.

    Comment donc aborder cette reprise en tenant compte de ces données et ainsi éviter les blessures ? Comment réussir la préparation physique de votre équipe pour la reprise ?

    C'est à ces questions que nos deux intervenants devront répondre lors de l'émission.

    (Plus d'informations dans l'article de YOUNG KRUYTS dans LA MEUSE du 8 janvier 2021).

  • Les sociétés centenaires Peuvrate et Courtois s’associent pour devenir Vis&Bois

    À Visé, la quincaillerie Peuvrate, c’est une institution. « C’est le spécialiste en outillage de qualité depuis 1920. Nous sommes installés route de Dalhem à Visé et nous sommes membres du groupe HandyHome », précise René Melen, le patron.

    « J’ai 74 ans et j’ai décidé d’arrêter mes activités après 40 ans. Je cède le relais à ma fille, Isabelle. Nous employons quatre personnes, cinq avec moi », reprend-il.

    « Nous avions prévu des animations pour notre centenaire en 2020, comme par exemple des journées portes ouvertes, mais nous n’avons pas pu les organiser en raison du coronavirus. Nous avons déjà eu la chance de pouvoir rester ouverts », ajoute René Melen.

    D’un autre côté, il y a la société Courtois et Fils, spécialiste en bois pour la construction et la rénovation ainsi que pour tous les matériaux de couverture, installée depuis toujours avenue des Martyrs à Fléron. Depuis cent ans très exactement, comme la quincaillerie Peuvrate.

    NOUVEAU BÂTIMENT

    Les deux sociétés fusionnent et ont décidé de construire un nouveau bâtiment dans le zoning de Visé-Nord, route de Maestricht, 90, sur une superficie de 15.000 m 2 avec des places de parking.

    D'un article de MARC GÉRARDY à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 31 décembre 2020

  • Entre Visé et les Pays-Bas

    Mardi, on ne constatait aucun contrôle en direction de Maastricht, que ce soit par les petites routes ou via l’E25 depuis Visé. La bourgmestre de Visé, Viviane Dessart, confirme.
    « AUCUNE INSTRUCTION »
    « Pour l'instant », explique-t-elle, « il n'y a pas de contrôles de la police sur la route de Petit-Lanaye qui mène vers les Pays-Bas. »
    Une route, qui, on s’en souvient, avait été fermée en avril dernier sur instruction du ministère de l'intérieur.
    «Mais, jusqu'à présent», poursuit la bourgmestre, « il n'y a aucune instruction donnée pour une éventuelle fermeture. En ce qui concerne l'autoroute E25, c'est la police des autoroutes qui est chargée des contrôles et il n'y en a pas pour l'instant. » 
    MARC GÉRARDY dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 23 décembre 2020

  • La police met fin à une « rave lockdown party »

    Elle rassemblait 50 personnes – des jeunes âgés de 18 à 22 ans – dans la Grotte de CasterCapture d’écran 2020-12-14 à 07.54.50.png

    Dimanche matin, la police de la Basse-Meuse est intervenue pour mettre fin à une « rave lockdown party », organisée dans la Grotte de Caster, à Lanaye. Environ 50 jeunes, âgés de 18 à 22 ans, participaient à ce rassemblement parfaitement illégal. Ils ont été verbalisés et la police a saisi le matériel sono ainsi qu’une petite quantité de stupéfiants.

    Chaque année, la police de la Basse-Meuse doit intervenir pour mettre fin à des rave-parties sur son territoire. « Environ une ou deux fois par an, plus les tentatives avortées grâce à notre intervention », indique Alain Lambert, chef de corps. Ce dimanche, c’est une rave-party qui avait déjà commencé que les policiers de la BasseMeuse ont dû stopper. Une cinquantaine de jeunes se sont installés vers 3h du matin, dans la nuit de samedi à dimanche donc, dans la Grotte de Caster, un site protégé de la Montagne Saint-Pierre. Vers 4h30, ils ont commencé à mettre de la musique, à danser, et à consommer des stupéfiants.

    Aussi surprenant que cela puisse paraître, les participants à cette rave-party ne provenaient pas de la région liégeoise. « Principalement, il s’agissait de ressortissants hollandais, montois, anversois et limbourgeois. » Les rave-parties sont généralement organisées via les réseaux sociaux. Des organisateurs décident d’un endroit, puis communiquent le lieu de la fête via internet. Aucune règle n’est généralement respectée en matière d’autorisations. Ici, les mesures Covid ont évidemment été largement bafouées.Capture d’écran 2020-12-14 à 07.52.51.png

    D'un article d'ALLISON MAZZOCCATO à lire dans LA MEUSE B ASSE-MEUSE du 14 décembre 2020