Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Police

  • Des accidents qui posent questions

    Lundi matin, trois accidents ont eu lieu sur la route régionale RN 648 entre Hagelstein et La Planck.

    Il y a d’abord eu la chute d’un cycliste du côté de Hagelstein, puis un camion s’est couché sur le côté près de la route de Kloosterhof au Bois Rouge (photo) et enfin une automobiliste liégeoise a également quitté la route entre Magnebois et le Bois Rouge.

    D’après un témoin et le chauffeur du camion, la route très verglacée. Une véritable patinoire. Depuis quelques heures, alors que l’entreprise chargé du sablage n’est arrivée que deux heures plus tard parce qu’elle n’avait pas reçu l’ordre de sabler. Cet ordre doit venir de Flandre où les conditions climatiques ne sont pas les mêmes. Pourquoi?

    Pour le troisième accident, les policiers ont fait venir une dépanneuse de Riemst. Bien loin, alors qu’il y a des dépanneurs plus près dans la région. Ici, l’automobiliste aurait payé 480 €. Pourquoi faire appel à un dépanneur venant de loin? Avec la pandémie, tout le monde prône la proximité.

  • Week-end agité pour la police fouronnaise

    • Vendredi soir, c'est un jeune conducteur de 23 ans de Warsage qui a été intercepté parce qu'il n'avait pas de papiers du véhicule qu'il conduisait. Ce véhicule ne semblait pas être immatriculé, ni assuré, ni évidemment en ordre d'Autosécurité. Le véhicule a été saisi et le conducteur ira se justifier au tribunal.
    • Dans la nuit, la police des Fourons a contrôlé un Anversois de 25 ans qui circulait à grande vitesse à Fouron-le-Comte. Test de salive positif, consommation de cocaïne. Son permis de conduire a été retiré immédiatement pour quinze jours. Il devra se défendre devant le juge de police.
    • Samedi soir, l'équipe d'intervention a remarqué une Mercedes A180 immatriculée en Belgique avec un phare défectueux. Les inspecteurs ont décidé de contrôler le véhicule sur la route de Berneau à Fouron-le-Comte. Un passager, entièrement vêtu de noir, a pris la fuite vers le lotissement Matexi. Malgré l'aide de collègues de la zone de police Bilzen-Hoeselt-Riemst et d'un chien pisteur de la police fédérale, l'homme recherché n'a pas été retrouvé.
    • Pendant le contrôle du véhicule, il s'est avéré que le conducteur, un Kosovare de 50 ans, était en liberté conditionnelle. Pour éviter une fuite, l'homme a été provisoirement privé de liberté. Dans le véhicule, la police a retrouvé deux tournevis et deux paires de gants en plastique qui ont été saisis.
    • Dimanche après-midi, la police des Fourons a contrôlé un conducteur âgé de 25 ans d'Oupeye. Il circulait sans assurance. Test de salive positif dû au canabis. Comme si cela ne suffisait pas, les policiers ont encore trouvé une quantité de marijuani dans le véhicule. Vu que le conducteur ne pouvait pas montrer de permis de conduire, le parquet du Limbourg a décidé de le saisir.

     

  • A propos des feux d’artifices en cette période COVID…

    En temps normal, le Règlement sur les sanctions administratives communales prévoit en son Art 45 que les tirs de pétards ou de tous matériaux pyrotechniques sont strictement interdits sur la voie publique comme dans les propriétés privées, SAUF autorisation écrite préalable du bourgmestre.
    Un espoir de tirer quelques fusées lors du réveillon confiné ?
    Malheureusement pour certains ou heureusement pour d’autres (pensée pour le chien de mémé), I ’Arrêté Ministériel COVID précise bien que l’utilisation d’artifices de divertissement, tant dans le domaine privé que public, est strictement interdite.
    Toutes les catégories d’artifice sont concernées sauf la catégorie F1- qui est peu dangereuse, peu bruyante et destinée à un usage à l’intérieur des bâtiments, par exemple les bougies d’artifice (comme sur les gâteaux d’anniversaire)-.
    Vous l’aurez compris, cette année, il n’y aura pas de dérogation possible.
    Si néanmoins vous voulez quand même tenter le coup, sachez que vous vous exposez à une amende de 250 €.
    La police veillera au bon respect des règles et verbalisera les infractions constatées.

  • La police met fin à une « rave lockdown party »

    Elle rassemblait 50 personnes – des jeunes âgés de 18 à 22 ans – dans la Grotte de CasterCapture d’écran 2020-12-14 à 07.54.50.png

    Dimanche matin, la police de la Basse-Meuse est intervenue pour mettre fin à une « rave lockdown party », organisée dans la Grotte de Caster, à Lanaye. Environ 50 jeunes, âgés de 18 à 22 ans, participaient à ce rassemblement parfaitement illégal. Ils ont été verbalisés et la police a saisi le matériel sono ainsi qu’une petite quantité de stupéfiants.

    Chaque année, la police de la Basse-Meuse doit intervenir pour mettre fin à des rave-parties sur son territoire. « Environ une ou deux fois par an, plus les tentatives avortées grâce à notre intervention », indique Alain Lambert, chef de corps. Ce dimanche, c’est une rave-party qui avait déjà commencé que les policiers de la BasseMeuse ont dû stopper. Une cinquantaine de jeunes se sont installés vers 3h du matin, dans la nuit de samedi à dimanche donc, dans la Grotte de Caster, un site protégé de la Montagne Saint-Pierre. Vers 4h30, ils ont commencé à mettre de la musique, à danser, et à consommer des stupéfiants.

    Aussi surprenant que cela puisse paraître, les participants à cette rave-party ne provenaient pas de la région liégeoise. « Principalement, il s’agissait de ressortissants hollandais, montois, anversois et limbourgeois. » Les rave-parties sont généralement organisées via les réseaux sociaux. Des organisateurs décident d’un endroit, puis communiquent le lieu de la fête via internet. Aucune règle n’est généralement respectée en matière d’autorisations. Ici, les mesures Covid ont évidemment été largement bafouées.Capture d’écran 2020-12-14 à 07.52.51.png

    D'un article d'ALLISON MAZZOCCATO à lire dans LA MEUSE B ASSE-MEUSE du 14 décembre 2020

  • 70 jeunes faisaient la fête dans une grotte

    Dimanche matin, la police a arrêté une fête dans une carrière de marnes à Petit-Lanaye (Visé). Les résidents locaux s'étaient plaints de nuisance, après quoi 50 policiers se sont rendus sur les lieux. Environ 70 jeunes ont été arrêtés.

    (Une information de "Het Belang van Limburg" de ce dimanche midi)