Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Wallonie

  • La Saint-Rémoise, une page de l’histoire du théâtre wallon liégeois de Paul Bolland

    Capture d’écran 2021-09-21 à 08.54.47.pngBlegny-Mine a le plaisir de vous présenter sa dernière parution réalisée dans le cadre de la collection Comté de Dalhem, en collaboration avec la Province de Liège. Il s’agit d’un ouvrage écrit par M. Paul Bolland, Gouverneur honoraire de la Province de Liège. En une centaine de pages, M. Bolland retrace l’histoire d’une troupe de théâtre wallon de la commune de Blegny : la Saint-Rémoise.

    Cette troupe de théâtre, née à la fin de la Première Guerre mondiale à l’initiative de la société de fête « La Ligne droite » a toujours eu pour mission la sauvegarde de notre belle langue wallonne. Elle a été récompensée, à de multiples reprises, pour la qualité de ses prestations théâtrales ; elle a notamment remporté la prestigieuse Coupe du Roi Albert Ier en 1997.

    Agrémenté de nombreuses photos et illustrations, l’ouvrage vous fera (re)vivre les grands moments de la Saint-Rémoise.

    Informations pratiques

    L’ouvrage est disponible au prix de 15 € (+ frais de port éventuels) à Blegny-Mine et dans les librairies de la région.

    L’auteur dédicacera son œuvre dans le cadre de la Journée du wallon le 26 septembre à Blegny-Mine. Deux séances sont proposées :

    • 10h30 à 12h
    •  13h30 à 15h
  • Dalhem touchera 500.000 euros

    Capture d’écran 2021-07-28 à 08.01.56.pngLe défi des communes sinistrées - Liège, Trooz, Chaudfontaine et Esneux majoritairement - est partout le même : comment reloger les personnes qui ne peuvent retourner habiter chez elles ? Des solutions à court mais aussi long terme doivent être trouvées. Pour y parvenir, la Wallonie a débloqué des dizaines de millions € pour les communes et les sociétés de logement public.

    Un article de GASPARD GROSJEAN à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 28 juillet 2021.

  • Projet de six éoliennes : New Wind perd en recours

    Les vents sont loin d’être favorables à la société New Wind. Le promoteur éolien vient en effet de perdre le recours qu’il avait introduit auprès du ministre wallon Willy Borsus, en charge de l’environnement. Recours déposé contre la décision du fonctionnaire délégué de la Région wallonne qui lui a refusé un permis unique en juin dernier.

    Il y a un an, New Wind déposait une demande de permis unique pour construire et exploiter six éoliennes. Celles-ci auraient été érigées dans les campagnes, de part et d’autre de l’E313, sur des terrains situés à Glons, Boirs, Slins et Houtain et compris entre la rue Provinciale à l’ouest, la Chavée Arecht et le Thier au Pequet à l’est, la rue de Houtain au sud et la ligne de chemin de fer au nord.

    La puissance de ces six mâts aurait été comprise entre 2,4 et 3,4 MW. Mais dès l’étude d’incidences, le projet a été accueilli par une levée de boucliers. Une pétition avait ainsi récolté plusieurs centaines de signatures. La procédure a néanmoins suivi son cours et, l’an dernier, New Wind déposait sa demande de permis unique. En juin dernier, la réponse tombait, c’était non. Plusieurs raisons étaient invoquées. La plus importante était la proximité du projet avec les aéroports de Liège et Maastricht. La société namuroise n’avait pas dit son dernier mot et, en juillet, elle déposait un recours auprès du ministre compétent. Celui-ci vient donc de confirmer le refus. New Wind a encore la possibilité de se tourner vers le conseil d’Etat. Elle a deux mois pour se décider. 

    AURÉLIE DRION dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 14 octobre 2020

  • Le directeur de Liege Airport au tribunal parce qu’il gagne moins

    Ce jeudi, le conseil d’administration de Liege Airport va devoir se pencher sur une question assez particulière. En effet, son propre directeur général a déposé plainte devant le tribunal du travail parce que son employeur lui a raboté son salaire de 38 % ! Publifin étant passé par là…

    C’est le journal Le Soir qui a lancé l’information. Luc Partoune a en effet entamé une action devant le tribunal du travail de Liège parce que son salaire avait été réduit de 160.000€ par an d’un seul coup, sans même lui demander son avis, passant de 420.000 à 260.000 € par an. Et si on ne lui a pas demandé son avis, c’est simplement parce que le décret « bonne gouvernance » de la Région wallonne était entre-temps passé par là, obligeant tous les gestionnaires de filiales à capitaux 100 % publics, dans des secteurs non-concurrentiels, à revenir à un plafond de 260.000€ par an.

    POUR STÉPHANE MOREAU

    Taillé sur mesure pour Stéphane Moreau et consorts, suite au scandale déclenché par l’affaire Publifin, ce décret a eu des répercussions dans d’autres filiales ou sociétés publiques. Notamment à Liege Airport qui est une filiale à 50 % de Nethys et Ethias, à 25 % de la Sowaer et à 25 % des Aéroports de Paris.

    Ce que n’a visiblement pas apprécié Luc Partoune, en poste depuis 1990 et qui pense ne pas avoir démérité dans sa fonction. Avec comme dernier fait d’armes, la venue du géant chinois Alibaba.

    Que va donc décider le conseil d’administration de Liege Airport vis-à-vis de son dirigeant principal qui le traîne ainsi en justice ? Le vice-président actuel, José Happart, n’a pas voulu commenter la nouvelle. De même que Luc Partoune, actuellement en voyage d’affaires au Qatar. D’autant plus qu’avec 20 ans d’ancienneté, un licenciement coûterait très cher. Un début de réponse sans doute ce jeudi soir.

    L.G. dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 7 février 2019.

  • Même dans les statistiques de la mortalité

    Le journal « L’Avenir » publié ce vendredi 16 mars une carte concernant le taux de mortalité standardisé par commune. Même à ce niveau, les Fouronnais sont plus proches des Wallons que des Flamands.