Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Dans les environs

  • Pays-Bas: un nouveau confinement de cinq semaines dès ce mardi

    Capture d’écran 2020-12-15 à 08.06.45.pngLundi soir, lors d’une allocution télévisée depuis le siège du gouvernement, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a annoncé un confinement de cinq semaines dans le pays. Entre dimanche matin et lundi matin, 8.496 nouveaux cas de coronavirus ont été enregistrés aux Pays-Bas, un total considérablement plus élevé que celui des autres lundis. Le nombre de décès confirmés a augmenté de 35 au cours des dernières 24 heures. Concrètement, tous les magasins non essentiels seront fermés, ainsi que les salles de sport, les musées, les cinémas, les lieux de spectacle, les zoos et tous les lieux accessibles au public. Ne sont pas concernés les supermarchés, les magasins d’alimentation et les pharmacies.

    Cafés et restaurants demeurent portes closes. Les hôtels peuvent rester ouverts, mais la nourriture et les boissons ne peuvent plus être servies. L’enseignement à distance devient la norme, depuis le primaire jusqu’à l’université.

    Les familles ne peuvent pas recevoir plus de deux personnes par jour à la maison, hormis les 2425 et 26 décembre. Ces jours-là, la norme sera de trois invités. Les Néerlandais ont la consigne de rester à domicile autant que possible et d’éviter les déplacements inutiles. Le télétravail est de règle sauf s’il n’y a pas d’autre option.

    JUSQU’AU 19 JANVIER

    Les nouvelles mesures entrent en vigueur dès ce mardi 15 décembre, à l’exception des écoles où la date a été fixée à mercredi pour des raisons pratiques. Ce nouveau confinement s’appliquera jusqu’au 19 janvier. « Dans la semaine précédant le 12 janvier, nous vous dirons à quoi cela ressemblera après » a indiqué le Premier ministre Rutte.

  • Voisins belges, faites votre shopping de fête chez vous !

    Le président du conseil de sécurité néerlandais, Hubert Bruls, a dit dimanche s’attendre à une forte affluence dans Capture d’écran 2020-11-30 à 07.59.13.pngles villes du sud des Pays-Bas à l’approche de la Saint-Nicolas et des fêtes de fin d’année, et appelé à « faire quelque chose » pour réduire l’afflux des excursionnistes… belges.

    « Dans les villes du sud comme Eindhoven, Breda en Maastricht, nous constatons la présence de nombreux visiteurs belges. Nous ne pouvons pas tolérer cela. Ils viennent aux Pays-Bas pour faire leurs courses parce que les magasins non essentiels sont fermés en Belgique », a déclaré M. Bruls, également bourgmestre de Nimègue, à la chaîne de télévision NOS.

    FERMER LA FRONTIÈRE ?

    De nombreuses voitures immatriculées chez nous étaient également visibles ce week-end à Rotterdam. « En tant que bourgmestres, nous ne pouvons pas y faire grand-chose. C’est une question pour le gouvernement et pour les deux États », a ajouté M. Bruls. « Mais des accords doivent certainement être conclus à ce sujet », a-t-il poursuivi. Les Belges ne sont toutefois pas le seul problème, a-t-il souligné, évoquant la possibilité de fermer les commerces de détail si la population ne se montre pas plus prudente.

    Les préoccupations de M. Bruls sont loin d’être sans fondement : les Pays-Bas ont enregistré 5.609 nouvelles contaminations au coronavirus au cours des dernières 24 h soit 1.110 de plus que la veille…

  • De nouveaux vols « saut de puce » entre Liège Airport et Maastricht

    Le Mouvement liégeois « Demain » dénonce à nouveau des vols « saut de puce » entre Maastricht et Liège. « Il y a un an, nous révélions l’existence d’un vol de fret hebdomadaire entre Maastricht et Liège. Un vol de 9 minutes et 38 kilomètres qui était peut-être le vol de fret le plus court et le plus anti-écologique du monde. À la suite de notre dénonciation, le ministre wallon en charge des aéroports, Jean-Luc Crucke, avait rencontré des responsables de la compagnie Qatar Airways, laquelle s'était engagée à mettre fin à ces vols et à ne plus en organiser de nouveaux à l'avenir. On aurait pu penser que c’était la fin de cette aberration écologique, mais il n’en est rien », dénonce le mouvement.

    « Les aéroports n’ont rien à dire », rappelle Liège Bierset

     

    La réaction de Liège Airport aux propos du mouvement écologiste « Demain » ne s’est pas fait attendre.

    « Les aéroports n’ont rien à dire », rappelle Christian Delcourt, porte-parole de l’aéroport de Liège-Bierset.

    « Ce sont les clients qui décident où ils veulent envoyer les avions et si les compagnies aériennes détiennent les droits d’atterrissage, elles peuvent réaliser ces vols dits de repositionnement. Il est vrai que les dirigeants de Qatar Airways ont été sensibilisés aux arguments du ministre wallon Jean-Luc Crucke, mais ce n’est pas le cas de toutes les compagnies », précise encore Christian Delcourt.

    D'un article de MARC GÉRARDY à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 18 novembre 2020.

  • Coronavirus: «confinement partiel» et fermeture des bars et restaurants aux Pays-Bas

    Après des mois de refus du port du masque, M. Rutte a finalement décidé de le rendre obligatoire dans tous les espaces clos pour les plus de 13 ans.

    La vente d’alcool sera également interdite après 20H00 (18H00 GMT), dans le but de réduire les interactions sociales qui ont entraîné une augmentation des cas de Covid-19, selon le Premier ministre, qui a précisé que ces mesures entraient en vigueur mercredi.

    «Nous entrons en confinement partiel», a déclaré M. Rutte lors d’une conférence de presse télévisée. «Cela va faire mal, mais c’est la seule solution. Nous devons être plus stricts».

    Mercredi, les autorités sanitaires néerlandaises ont fait état d’un nouveau record quotidien de 7.393 contaminations au coronavirus. En une semaine, elles ont répertorié 43.903 nouveaux cas et 150 morts.

    Sur les 14 derniers jours, les Pays-Bas ont le troisième plus haut taux de nouvelles contaminations pour 100.000 habitants en Europe, derrière la République tchèque et la Belgique, selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC).

    Ces derniers mois, le gouvernement de M. Rutte a promu une politique de «confinement intelligent» nettement moins stricte que ses voisins européens, mais il ne parvient plus à contrôler la seconde vague de l’épidémie.

    Un information de Sudinfo avec AFP du 13 octobre 2020

  • Projet de six éoliennes : New Wind perd en recours

    Les vents sont loin d’être favorables à la société New Wind. Le promoteur éolien vient en effet de perdre le recours qu’il avait introduit auprès du ministre wallon Willy Borsus, en charge de l’environnement. Recours déposé contre la décision du fonctionnaire délégué de la Région wallonne qui lui a refusé un permis unique en juin dernier.

    Il y a un an, New Wind déposait une demande de permis unique pour construire et exploiter six éoliennes. Celles-ci auraient été érigées dans les campagnes, de part et d’autre de l’E313, sur des terrains situés à Glons, Boirs, Slins et Houtain et compris entre la rue Provinciale à l’ouest, la Chavée Arecht et le Thier au Pequet à l’est, la rue de Houtain au sud et la ligne de chemin de fer au nord.

    La puissance de ces six mâts aurait été comprise entre 2,4 et 3,4 MW. Mais dès l’étude d’incidences, le projet a été accueilli par une levée de boucliers. Une pétition avait ainsi récolté plusieurs centaines de signatures. La procédure a néanmoins suivi son cours et, l’an dernier, New Wind déposait sa demande de permis unique. En juin dernier, la réponse tombait, c’était non. Plusieurs raisons étaient invoquées. La plus importante était la proximité du projet avec les aéroports de Liège et Maastricht. La société namuroise n’avait pas dit son dernier mot et, en juillet, elle déposait un recours auprès du ministre compétent. Celui-ci vient donc de confirmer le refus. New Wind a encore la possibilité de se tourner vers le conseil d’Etat. Elle a deux mois pour se décider. 

    AURÉLIE DRION dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 14 octobre 2020