Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Flandre

  • Affaire Van Eyken-Boigelot: 20 ans de réclusion pour lui et 22 ans pour elle

    La quatrième chambre correctionnelle de la cour d’appel du Hainaut a prononcé mardi une peine de 20 années de réclusion criminelle contre Christian Van Eyken, ancien député FDF au Parlement flamand, et une peine de 22 années contre Sylvia Boigelot, coupables d’avoir assassiné Marc Dellea, en juillet 2014 à Bruxelles.

    La cour a réservé un sort différent aux prévenus, considérant que Sylvia Boigelot avait un certain ascendant sur Christian Van Eyken et qu’elle entretenait une animosité particulière envers la victime, avec laquelle elle était en couple, bien que le ménage battait de l’aile. 

    Le couple avait été condamné à 23 ans de prison en première instance à Bruxelles, puis à 27 ans de prison en appel pour l’assassinat de Marc Dellea. 

    L’arrêt avait été partiellement cassé par la Cour de cassation.

    (du site de L'Avenir).

  • La langue française gagne du terrain en Flandre

    "Alors que d’aucuns considèrent que la langue française a vécu en Flandre et que promouvoir la francophonie au Nord du pays est un combat d’arrière-garde, l’analyse des données de 'Kind en Gezin', à propos des langues que les mères utilisent  pour élever leurs enfants, apporte un éclairage bien différent", peut-on lire dans le numéro d’automne de "Nouvelles de Flandre", organe de l’Association pour la promotion de la francophonie en Flandre (APFF).

    En effet, en consultant les rapports annuels de l’homologue de l’Office de la Naissance et de l’Enfance (ONE), on observe qu’en Flandre, le pourcentage de mères s’adressant en français aux nouveau-nés a augmenté de 50% au cours des quinze dernières années, passant de 4,2 % en 2005 à 6,4% en 2020.

    La version en ligne des données de "Kind en Gezin"(*), ventilées par province et par commune, apporte des précisions importantes quant à la pratique du français en Flandre.

    C’est dans le Brabant flamand que la langue française est la plus utilisée. Pas moins de 24,4% des nouveau-nés y sont élevés en français. Dans les six communes à facilités linguistiques, le français atteint des sommets: Linkebeek (78,6%), Drogenbos (76,6%), Wezembeek-Oppem (72,7%), Crainhem (69,9%), Rhode-Saint-Genèse (65%) et Wemmel (59,1%).

    Dans dix communes du Brabant flamand, le français arrive en première position, bien que ces communes ne soient pas des communes à facilités et que la seule langue officielle soit le néerlandais: Leeuw-Saint-Pierre (59,1%), Beersel (48,7%), Dilbeek (48,6%), Zaventem (47%), Machelen (43,9%), Overijse (43,9%), Tervuren (39,4%), Asse (38%), Vilvoorde (37,7%) et Grimbergen (37,2%).

    Dans trois communes, sans que la langue de Voltaire n’arrive en tête, plus de 30% des nouveau-nés sont francophones: Hoeilaart (38,6%), Meise (33,3%) et Liedekerke (32%).

    Dans les quatre autres provinces flamandes, la langue française se distingue également. Province d’Anvers: Willebroek (10,5%); Limbourg: Fourons (20%), Gingelom (11,7%); Flandre orientale: Renaix (23,2%), Ninove (15,7%), Alost (15,4%), Gramont (12%), Zottegem (12%), Lebekke (10,9%); Flandre occidental : Messines (27,3%), La Panne (16,7%), Wervicq (12,9%), Menin (10,1%) et Espierres-Helchin (10%).

    Ces données ne valent bien évidemment pas recensement linguistique - recensement qui a été supprimé en 1961, sous pression de la Flandre -, mais elles donnent une bonne idée de la vitalité de la langue française au Nord du pays.

    Là où le bât blesse, c’est que la Flandre ne veut pas entendre parler de minorité francophone sur son territoire, ni de discriminations linguistiques.

    De fait, sous la pression des nationalistes flamands, la Belgique a fait savoir à l’ONU qu’elle n’acceptait pas la recommandation de la Suisse, faite lors du 3ème Examen périodique universel (EPU) de notre pays, en mai dernier, de "ratifier la Convention-cadre pour la protection des minorités nationales". Ni celle de la Russie de "prendre des mesures efficaces pour réaliser pleinement les droits culturels et linguistiques des minorités, en particulier de la minorité francophone en Flandre". Ou encore les recommandations concernant la lutte contre les discriminations linguistiques.

    Face à cette situation et au non respect des facilités à Renaix, le mouvement apolitique « Ronse bilingue-Renaix tweetalig » a déposé plusieurs plaintes auprès de la Commission permanente de contrôle linguistique. Ces plaintes ont été reconnues comme recevables et fondées. Ce qui a conduit, tout récemment, le Ministre flamand de l’Intérieur, Bart Somers, à appeler les autorités communales de Renaix à respecter la législation linguistique. Un exemple à suivre !


    (*) https://www.opgroeien.be/cijfers-en-publicaties/taal-en-nationaliteit/gemeenten

    Pour plus d’informations

    Nous vous renvoyons au numéro d’automne de "Nouvelles de Flandre" (102 - Octobre-Décembre 2021) et à notre site internet (http://www.francophonie.be/ndf).

    Je conteste évidemment le chiffre donné ici pour notre commune des Fourons et je regrette l'oubli de la petite commune de Herstappe.

  • Limbourg, la honte !

    TAGS RACISTES DANS PLUSIEURS COMMUNES

    « Sales singes, quittez notre pays », « Hitler reviens »

    Alors que le combat contre le racisme fait plus que jamais rage aux quatre coins du monde et que les statue de Léopold II doivent être mises à l’abri, c’était le choc ce dimanche matin, dans plusieurs communes du Limbourg.

    En effet, des phrases honteuses ont été taguées sur des murs et des abribus à Tongres, Bilzen ou encore Capture d’écran 2020-06-15 à 07.57.58.pngLanaken. « Sales singes, quittez notre pays », « Hitler reviens », « White power, nous allons vous tuer » ou encore « Revenez les nazis » : les inscriptions sont nombreuses et font froid dans le dos !.

    « C’est du racisme et du van-dalisme », s’est indigné le bourgmestre de Lanaken interrogé par nos confrères du Laatste Nieuws, en ajoutant qu’une enquête allait être ouverte.

    Les graffitis devaient être effacés dans les plus brefs délais. 

    (Information de "La Meuse" du 15 juin 2020)

     

    Lien permanent Catégories : Flandre