Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Faits divers

  • Marijuana et gaz hilarant trouvés dans un véhicule

    Mardi soir vers 1 h du matin, la police des Fourons a contrôlé une voiture à Schophem (Fouron-le-Comte). Juste avant que les agents ne veuillent procéder à un contrôle, des joints ont été jetés par la fenêtre. La conductrice de 25 ans de Blegny et sa passagère de 24 ans circulaient après l’heure du couvre-feu. Les deux dames ont donc reçu un procès-verbal pour violation du couvre-feu. Après avoir vérifié davantage le véhicule, les inspecteurs ont trouvé une quantité de marijuana et une bouteille de gaz hilarant. Le conducteur a également passé un test de dépistage de drogue positif. Comme la femme ne pouvait pas présenter de permis de conduire et n'avait pas non plus d'assurance, son véhicule a été immobilisé.

    Plus tôt dans la soirée, la police locale a contrôlé un chauffeur de 20 ans sur la route de Navagne à Mouland. Il conduisait un véhicule non assuré et sa passagère transportait une certaine quantité de cannabis. La drogue a été saisie et la voiture remorquée.

  • Le Warsagien a sauté dans un lac du domaine du château d’Hélécine pour secourir un bambin

    Héroïque : il n’y a pas meilleur adjectif pour qualifier le réflexe de Rémi Kreusch. Alerté par sa belle-mère alors qu’il se promenait en famille dans le domaine du château d’Hélécine, le Warsagien a sauté dans un lac afin de sauver de la noyade un enfant dont le corps tout entier était sous l’eau à son arrivée.

    Un article de YANNICK GOEBBELS à lire dans LA MEUSE du 23 février 2021

  • José Happart aurait bloqué la mission de contrôle

    Luc Partoune n’est donc plus le CEO de Liege Airport. Le conseil d’administration de l’aéroport liégeois a pris la décision de le licencier pour faute grave ce mardi soir, comme La Meuse le révélait. Et ce, suite aux premiers éléments mis en lumière par la mission « anti fraude » menée par le consultant Deloitte à la de- mande de Nethys, principal actionnaire de Liege Airport. Une mission qui avait été bloquée pendant un an sous l’ancien conseil d’adminis- tration présidé alors par un certain José Happart. On comprend mieux pourquoi aujourd’hui... Selon les informations de "La Meuse",  les abus relevés portent sur environ 20 millions d’euros.

    Deux pages à lire dans "La Meuse" du 11 février 2021

  • Luc Partoune, CEO de Liege Airport, est licencié pour faute grave !

    Coup de tonnerre dans le ciel de Liege Airport. Un conseil d’administration, initialement prévu vendredi, s’est réuni en urgence ce mardi soir. Avec un point très sensible sur la table : le licenciement de Luc Partoune, le CEO. Et la sentence est tombée : l’intéressé est licencié pour faute grave. Le vote du CA était unanime. En cause, des infractions potentielles extrêmement graves relevées par la mission Forensic (antifraude) menée par Deloitte au sein de l’aéroport liégeois. (Article à lire dans "LA MEUSE" du 10 février 2021).

    Selon une information de "L'ECHO", le président José Happart validait verbalement les notes de frais de Luc Partoune (126.000 € pour trois années) tandis que le CEO Luc Partoune validait verbalement les notes de frais du président.

     

  • Gentille maman, mais droguée

    Mardi après-midi, la police des Fourons a voulu contrôler une voiture dans le centre de Fouron-le-Comte. Au moment où le jeune homme au volant de la voiture a remarqué la patrouille, il a pris la fuite. Peu de temps après, les inspecteurs ont revu le véhicule, mais le jeune homme avait échangé sa place de chauffeur avec sa mère qui était également dans la voiture.

    Le jeune fouronnais de 17 ans avait conduit avec un permis de conduire provisoire mais ne pas remplissait les conditions. La femme de 45 ans des Fourons également, qui avait entre-temps repris le volant, a passé un test de salive positif pour l'usage d'héroïne. Le permis de la femme a été retiré pour 15 jours. La mère et le fils devront se justifier au tribunal plus tard.