Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Liège et sa région

  • Marathon Belge 1910

    René Steenebruggen a publié la copie de ce diplôme sur Facebook il y a quelques semaines. Une question a surgi: puisque le marathon de la Meuse (initialement Liège-Maastricht, mais ramené ensuite à Visé) passe par Mouland, y aurait-il une filiation entre les deux marathons à cent ans de distance?

    Mon amie Anne Stiernet, responsable des archives générales et du centre de documentation du Musée de la Vie wallonne à Liège, a fait des recherches et elle a retrouvé le journal officiel de la course Liège-Mouland d’avril 1910.

    Capture d’écran 2021-01-12 à 11.04.21.png

    Le diplôme dont René a publié une copie était celui qui a été attribué à Pierre Picart, troisième à l'arrivée, mais en fait le favori des Liégeois pour ce marathon du 10 avril 1910. Il était un des 56 concurrents inscrits, parmi eux des Liégeois bien sûr, mais aussi des Bruxellois et une dizaine de Français.

    Les concurrents payaient un droit de participation d'un franc. Le vainqueur recevait, en plus du diplôme artistique offert par l'association des commerçants et industriels du quartier de l'Ouest, la somme de 125 francs. 100 francs pour le deuxième; 75 pour le troisième, 50 pour le quatrième, ... 10 francs pour le dixième. 

    Le départ était fixé à la place Saint-Séverin. Après le passage par la place Saint-Lambert, direction premier pont sur le canal Liège-Maestricht, puis passer sous le pont de Wandre et suivre le canal jusqu'au pont Bormans, pont de Visé, tourner à gauche et continuer tout droit jusqu'à Mouland-Douane; retour par Berneau, Visé, Argenteau, Cheratte, Pont des Bonnes Villes, Pont Maghin et arrivée place des Houillères.

  • Pourquoi Liège est « Cité ardente »

    Une petite plaquette de 16 pages va, dans quelques jours, tout vous dire sur l’origine de l’expression « Cité ardente » par laquelle on désigne très souvent la ville de Liège. On la doit à Guy Delhasse, cet infatigable chercheur de perles littéraires liégeoises. Suivez le guide...

    Lire la suite

  • « Doubler le trafic passager en 2 ans »

    LIÈGE AIRPORT

    Capture d’écran 2015-03-16 à 07.58.37.png 

    José Happart, votre mandat à la présidence de Liège Airport va s’achever en mai prochain. Vous souhaitez rempiler ?

    Oui, je suis candidat en vue de prolonger ma mission. Les cartes seront rebattues en mai. Pour le moment, on n’entend rien dans aucune des langues. Je pense que la décision se prendra au niveau socialiste liégeois.

    Le ciel cargo s’élargit encore un peu avec cinq vols par semaines vers Tel-Aviv (Israël) à partir de Liège.
    Mais vous savez, si demain, le gouvernement fédéral dit que le ciel belge est ouvert pour tous, alors on explosera ! Le plus beau cadeau que Jacqueline Galant puisse nous faire, c’est ouvrir le ciel aérien à toutes les compagnies qui opèrent ou veulent opérer au départ ou à partir de Liège.

    Et la connaissant très wallonne, je suis persuadé qu’elle mettra tout en œuvre pour ça.

    Cela va renforcer le fret, votre core business ?

    Nous avons connu une période difficile en 2012-2013, on a perdu 100.000 tonnes. Mais nous faisons plus 5 % pour 2013-2014 et les résultats des deux premiers mois de 2015 sont très bons. Notre core business sera désormais le cargo et le passager. Notre complémentarité avec Charleroi, c’est que nous pouvons accueillir de très gros porteurs. Nous pouvons ainsi accueillir les Chinois. Et imaginons que certains prolongent leur trip, on peut envisager de les conduire à Charleroi pour qu’ils se rendent dans d’autres destinations européennes. En tout cas, mon cœur travaillera toujours pour envoyer plutôt les voyageurs vers Charleroi que vers Zaventem, qui est un aéroport flamand situé en Flandre.

    En l’espace d’un gros mois, vous avez annoncé l’arrivée de BMI (Munich), VLM, puis les touristes chinois. Quel est l’objectif pour les passagers ?

    Actuellement, on oscille entre 3 et 350.000 par an. On en projette 500.000 pour 2015 et entre 6 et 700.000 en 2016. Doubler en deux ans, c’est l’objectif. Et nous nous en donnons les moyens. En investissant un million dans des nouveaux hangars, par exemple. Mais c’est ça qui crée l’emploi et l’activité économique. Le site de Liège Airport, ce sont en moyenne 500 emplois directs et indirects créés par an. On doit poursuivre sur cette lancée . Notamment en dédoublant l’autoroute depuis l’échangeur de Loncin à Aix. Les travaux actuels sont un pis-aller. Car même en favorisant le rail, l’eau et les airs, les marchandises finiront bien, à un moment donné, sur un camion.

    G.G. dans LA MEUSE du 16 mars 2015