Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Faits divers - Page 7

  • L'ex-teuvenois Jacques Roemers en prison

    Ghislaine Thissen n’est pas morte accidentellement, il s’agit bien d’un meurtre. Les résultats de l’autopsie ne font aucun doute. La Plombimontoise, qui a été retrouvée au fond de la cuve à lait qu’elle avait l’habitude de nettoyer, est morte par asphyxie, apprend-on ce jeudi auprès du procureur de division de Verviers. « Mais on ne sait pas si elle est décédée dans la cuve ou si elle y a été amenée par la suite. Ce sont des éléments qui devront être précisés par la suite avec l’enquête. »

    Retrouver la fermière dans la cuve à lait peut paraître incongru mais ne l’est pas tant que ça finalement, vu le contexte. En temps normal, un système de nettoyage lave l’intérieur de la cuve avant qu’elle ne soit à nouveau remplie de lait. Sauf que, ce système était en panne depuis plusieurs mois. La dame de 63 ans descendait donc tous les deux jours au fond de la cuve pour la récurer elle-même manuellement, ce qu’elle faisait d’ailleurs très bien. Dans la foulée de l’autopsie, Jacques Roemers, 66 ans, le mari de Ghislaine, a été interpellé par la police et privé de liberté ce jeudi. « Il a été entendu par le juge d’instruction. Il a été inculpé pour homicide volontaire et placé sous mandat d’arrêt », indique Gilles de Villers Grand Champs.

    D'une page de VICTORIA MARCHE ET OCÉANE GASPAR dans LA MEUSE VERVIERS du 20 novembre 2020

  • L’époux de Ghislaine Roemers-Thissen qui a retrouvé son corps mardi soir était teuvenois

    Découverte dramatique ce mardi soir à Gemmenich (Plombières). La dépouille d’une femme âgée de 63 ans, Ghislaine Roemers-Thissen, a été retrouvée dans une cuve à lait vide au sein de la ferme familiale située dans le hameau de Botzelaer. Une enquête est actuellement en cours et il n’y a encore aucun suspect selon le parquet. L’un de ses voisins, un ami de longue date, décrit Ghislaine comme une femme très calme qui vivait pour son mari, sa ferme et ses animaux.

    L'époux, Jacques Roemers, est le fils d'André Roemers de Nurop, qui fut conseiller de l'aide sociale (Voerbelangen) de 1977 à 1989, et le neveu de Jacques Roemers de Veurs, qui fut échevin (Retour à Liège) à Fouron-Saint-Martin de 1971 à 1976, entra au conseil communal des Fourons en janvier 1977 à la suite du décès d'André Schmets, puis devint échevin à la suite du décès d'Honoré Wynants jusqu'en 1982.

  • 27000 poulets

    Un incendie s'est déclaré mercredi vers 3h15 du matin dans un poulailler de 1300 m2 à Fouron-Saint-Pierre.

    Les pompiers des Fourons, aidés par ceux de Bilzen et Margraten, sont intervenus, mais 27000 poulets y ont laissé la vie. Un court-circuit ou un problème dans le circuit de chauffage serait à l'origine du sinistre.

  • Incendie à l'hôtel-restaurant Cantarel

    Mardi soir, un incendie s'est déclaré dans un hôtel-restaurant de Fouron-Saint-Martin, rapporte le journal "Het Belang van Limburg". 18 clients de l'hôtel y dormaient à ce moment. Jordy, le fils des propriétaires, s'est réveillé et il s’est comporté en héros. Il a d'abord réveillé ses parents, puis a sauvé les clients un par un, mettant pour sa propre vie en danger. Le jeune homme a subi des brûlures et a dû être conduit à  l'hôpital avec des symptômes d'intoxication par la fumée. Ce mercredi après-midi, il était de retour à la maison.

    L’établissement est fermé à cause des dégâts. De plus, toutes les informations sur les réservations ont été détruites, ainsi que toute la cuisine.

  • Deux narcotrafiquants arrêtés sur la E25 à Visé : ils roulaient trop… lentement

    Joli coup de filet réalisé, samedi, peu après 15 heures, par les hommes de la police des autoroutes (WPR), peu après Visé. Les enquêteurs, rodés à la pratique, avaient repéré une voiture de location qui roulait relativement lentement sur l’autoroute E25, dans le sens Maastricht-Liège, à hauteur de Visé. Ils l’ont suivie durant quelques kilomètres avant d’effectuer un contrôle.

    Dans l’habitacle, ils ont mis la main sur d’importantes quantités de drogues : 150 g d’héroïne et 50 g de cocaïne. Des quantités qui font, évidemment, penser à du deal et non à de la consommation personnelle. Les drogues étaient bien cachées dans l’habitacle de la voiture de location. Les enquêteurs ont également mis la main sur près de 2.500 €.

    Les deux occupants, des jeunes nés en 2000 et en 2002, ont expliqué qu’ils ne savaient pas que de la drogue se trouvait dans la voiture. La voiture et ladrogue ont été saisies et les deux jeunes ont été privés de leur liberté. L’enquête se poursuit et les GSM des suspects sont en cours d’analyse afin de déterminer l’ampleur d’un éventuel trafic de produits stupéfiants. Dimanche matin, après une nuit en cellule, les suspects ont été déférés au palais de justice de Liège. Le magistrat de garde a mis le dossier à l’instruction en demandant deux mandats d’arrêt. -

    A.B. dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 7 septembre 2020